Financement des entreprises et Trésorerie

Obligations échangeables

Le Crédit Agricole obtient un rendement record

Option Finance - 12 décembre 2016 - Arnaud Lefebvre

Emissions obligataires, Equity linked

Afin de conserver sa participation dans Eurazeo inchangée, Crédit Agricole SA a racheté en septembre dernier ses obligations échangeables en actions de la société de capital-investissement arrivant à maturité ce mois-ci. En parallèle, la banque a émis de nouveaux titres échangeables, assortis d’un rendement de - 1,34 %, un plancher historique sur le marché euro.

Sur le marché des obligations convertibles (OC) libellées en euros, les émetteurs français ne cessent de se distinguer. Après Safran, qui s’était vu réclamer en janvier dernier une rémunération plancher pour son émission d’OC (- 0,78 %), puis Airbus, qui avait placé en juin des obligations échangeables en actions Dassault Aviation avec un rendement historiquement bas pour cette typologie d’OC (- 0,73 %), c’est au tour de Crédit Agricole SA de faire tomber les records. «En émettant fin septembre 308 millions d’euros sur trois ans d’obligations échangeables en action Eurazeo, la banque a bénéficié d’un rendement de - 1,34 %, ce qui constitue le niveau le plus faible jamais obtenu par un émetteur pour une émission de type convertible ou échangeable en euros», précise Benjamin Kierbel, managing director chez Crédit Agricole CIB.

Une économie de près de 150 points de base

Pour CASA, cette opération remarquée visait d’abord à profiter des conditions de financement extrêmement favorables réservées aux emprunteurs sur le marché des convertibles, liées en partie au décalage persistant entre l’offre et la demande.

Alix Caudrillier, directeur des filiales et

participations, CASA

CASA

«Alors que nous faisions face à une échéance de remboursement imminente, la solution convertible était de loin la plus intéressante pour la refinancer, explique Alix Caudrillier, directeur des filiales et participations de CASA. L’écart de rendement par rapport à une émission obligataire sèche de maturité comparable s’élevait à environ 150 points de base.»

Une économie d’autant plus appréciable que l’émission de titres...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner