Financement des entreprises et Trésorerie

Parole d'expert - Cédric Teissier et Arthur de Catheu, cofondateurs de Finexkap

«Le service de financement que nous avons créé est dénué des contraintes habituelles»

Option Finance - 17 novembre 2014 - Communiqué

Cédric Teissier et Arthur de Catheu ont créé une plateforme innovante au service du financement à court terme des TPE et PME.

Cédric Teissier et Arthur de Catheu, cofondateurs de Finexkap

En quoi votre proposition d’affacturage est-elle sans contrainte ?
Arthur et moi sommes des entrepreneurs qui, pour l’avoir vécu ensemble dans nos précédentes aventures entrepreneuriales, savons bien que toute entreprise est confron- tée un jour ou l’autre à des difficultés passa- gères de trésorerie. Nous nous sommes ser- vis de cette expérience pour concevoir l’outil dont nous aurions aimé disposer dans ces moments de trou d’air. Le service de financement que nous avons créé est dénué des contraintes rencontrées par les TPE, PME et start-ups à la recherche de financement court terme. Tout se passe en ligne : il est possible d’effectuer une demande de financement en quelques clics, directement sur le site de Finexkap (www.finexkap.com), sur un modèle de cession de factures en attente de paiement.

L’utilisation est souple, il n’y a pas d’engagement, ni de durée, ni de volume d’affaires cédé. Ainsi, l’entreprise peut céder une seule facture comme dix, tous les mois ou une seule fois. Nous achetons les créances répondant à nos critères d’analyse crédit, par l’intermédiaire de nos véhicules de refinancement, gérés par notre filiale Finexkap AM. Pour répondre à un besoin de transparence croissant, nous avons mis en place une tarification simple et claire, décorrélée de la date d’échéance ou de paiement. Contrairement aux solutions de financement traditionnelles, l’utilisation de la plateforme Finexkap ne nécessite pas de garantie personnelle, aucun frais de mise en place n’est pas facturé. Enfin, nous n’exerçons pas de recours lorsqu’une facture n’est pas réglée à l’échéance prévue, que ce soit 30, 45 ou 60 jours. Les entreprises qui travaillent avec Finexkap ne courent pas de risque de définancement si une de leurs factures subit un retard de paiement, qui ne soit pas lié à un cas de non-conformité de la facture cédée.

Facturez-vous des frais fixes ?
Le coût du service de refinancement est prélevé à la cession de la créance, sur le montant total financé : seulement 2,49 % pour une facture supérieure à 10 000 euros ou 1,49 % plus 100 euros pour une facture inférieure à 10 000 euros. Une retenue de garantie de 10 % du montant TTC des factures cédées est conservée jusqu’au paiement du client final. Nous ne facturons pas d’autres commissions, ni de frais forfaitaires mais uniquement l’usage de notre service de financement par l’entreprise.

Comment êtes-vous capable de noter un si grand nombre d’entreprises dont certaines sont très petites ?

Nous avons créé deux algorithmes de notation, uniques au monde, permettant d’ internaliser complètement l’analyse du risque associé aux factures achetées par nos véhicules de refinancement, gérés par Finexkap AM. Le premier calcule la probabilité de défaillance d’une entreprise à trois mois, le second la probabilité de défaut d’une facture après son échéance. Nous avons modélisé ces algorithmes sur une production totale de 7 milliards d’euros de factures, un encours statistiquement élevé qui permet de vali- der l’efficience de ces algorithmes. Notre équipe de R&D travaille constamment sur nos modèles pour rendre le processus toujours plus fiable, automatisable, rapide et clair pour l’entreprise utilisatrice du service. Pour ce faire, nous travaillons avec des fournisseurs de données B-to-B. Lorsqu’une entreprise communique son numéro Siren, nos algorithmes délivrent un avis d’éligibilité en 0,87 seconde. Ce processus de sélection automatisé est complété par l’expertise de notre équipe d’analyse crédit, en charge d’appliquer des critères d’éligibilité complémentaires sur les dossiers finançables.

Qui rachète les factures cédées par les entreprises ?
Nous n’avons ni le statut de banque ni d’établissement de crédit. Notre démarche a donc été différente, plus proche de notre ADN de start-up. Notre raisonnement a été pragmatique : il n’y a jamais eu autant de liquidités sur les marchés. En 2013, la trésorerie disponible des entreprises du CAC 40 s’élevait à 1 849 milliards d’euros. Nous avons donc imaginé un processus de refinancement des PME qui réponde également aux attentes de placement de trésorerie excédentaire des grandes entreprises. Finexkap assure le fonctionnement de cette offre de trésorerie via deux sociétés : l’une, la maison mère, est en charge de la R&D et du bon fonctionnement de la plateforme et l’autre, sa filiale, Finexkap AM, gère nos véhicules de refinancement assuré par la titrisation. Ce modèle innovant est un outil historiquement lourd à mettre en place et qui a été réservé traditionnellement aux entreprises de taille significative. Nous avons voulu casser ces barrières en industrialisant la titrisation et donner ainsi l’accès à un financement souple aux PME.