Financement des entreprises et Trésorerie

Financement des entreprises

L’ébullition

Option Finance - 3 juillet 2017 - Arnaud Lefebvre

Désintermediation, Crowdfunding, Euro-PP, Placement privé

Entreprises - L’ébullition

Après avoir enregistré une légère baisse de régime en 2015 et 2016, la croissance des financements désintermédiés est repartie sur un rythme soutenu. Pour se démarquer des banques, actuellement très offensives sur le marché du crédit, et attirer de nouveaux emprunteurs, la plupart des acteurs, opérateurs de plateformes de crowdlending, factors ou encore investisseurs en dette, font évoluer leur stratégie.

Du jamais-vu en matière de financement ! Fin avril, l’endettement non bancaire détenu par les entreprises hexagonales a atteint à 616 milliards d’euros, un sommet historique d’après la Banque de France. En progression de plus de 20 milliards d’euros sur les quatre premiers mois de 2017, ce montant a plus que doublé depuis le début de la crise (voir encadré). «Il ne s’agit clairement pas d’un épiphénomène, observe Cécile Mayer-Lévi, de la dette privée chez Tikehau Capital. La preuve, ce mouvement de désintermédiation, initié avec les grands groupes, touche désormais toutes les tailles d’entreprises et la plupart des directeurs financiers ont dorénavant une parfaite connaissance des outils existants.» L’ensemble des instruments profitent il est vrai de cet essor : les encours de NEU CP (ex-billets de trésorerie) ont augmenté de 10 milliards d’euros, les créances prises en charge par les factors ont quant à elles continué de croître au-delà de 270 milliards d’euros (voir graphique), tandis que les placements obligataires publics comme privés ont pour leur part poursuivi leur dynamique, avec un volume d’émissions annuel de l’ordre d’environ 60 milliards d’euros. Même les sommes empruntées via le crowdlending ont bondi de 40 % sur un an en 2016, à près de 235 millions d’euros. De quoi faire grimper la part moyenne de dette non bancaire dans l’endettement total des sociétés non financières hexagonales à 39 %, un niveau record.

Des facteurs structurels

Cette perspective tient en premier lieu à des facteurs...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner