Financement des entreprises et Trésorerie

Parole d’expert

Lendix rejoint la plateforme MEDEF Accélérateur

Option Finance - 4 décembre 2017 - Communiqué

PME, ETI

Lendix, première plateforme de prêt participatif en France et en Europe continentale1 poursuit son développement et rejoint le MEDEF Accélérateur d’Investissement (MAI) afin de mieux répondre aux besoins de financement des PME et ETI.

Olivier Goy, fondateur, Lendix
Lendix

Pouvez-vous revenir sur la genèse du MEDEF Accélérateur d’Investissement ?
Pour se développer, les PME et ETI françaises doivent se transformer en s’adaptant à l’environnement numérique, en développant leurs capacités et leur productivité, en innovant dans les technologies et les produits, en exportant dans le monde et en conquérant de nouveaux marchés.
Cette transformation ne peut se faire sans une accélération de l’investissement matériel et immatériel. En complément des crédits bancaires, ces entreprises ont parfois besoin de financements alternatifs tels que ceux que nous proposons. Fort de ce constat, le MEDEF a lancé au début du mois d’octobre le MEDEF Accélérateur d’Investissement (MAI). Cette plateforme, qui mobilise le réseau MEDEF, des organismes financiers partenaires susceptibles d’apporter des financements tels que Lendix et des grands investisseurs dont BEI-FEI, vise les PME et ETI solvables avec des chiffres d’affaires de 1 million à 100 millions d’euros. Elle a pour objectif de les aider à trouver un financement de longue durée auprès de fonds d’investissement gérés par des organismes financiers et de leur apporter des solutions d’accompagnement et de formation, notamment «Ambition PME Levée de fonds», programme mis en œuvre par le MEDEF AURA avec le soutien du Conseil régional AURA.
Au travers de cette plateforme, le MEDEF s’engage à qualifier les besoins de financement des entreprises, les orienter vers la bonne structure de financement et s’assurer que leur dossier est traité de manière efficace.

Pourquoi Lendix rejoint l’initiative MAI ?
Nous évoluons actuellement sur un marché où il y a beaucoup de liquidité et de prêteurs. Toute la difficulté de notre métier consiste donc plutôt à trouver des entreprises à financer qui soient qualitatives et porteuses de projets pérennes. Une démarche d’autant plus complexe que ces entreprises sont conditionnées par des années de monopole bancaire et peu habituées à se tourner vers des financements complémentaires ou alternatifs tels que les nôtres. D’où notre démarche au sein du MAI. En rejoignant cette initiative, nous contribuons à évangéliser le tissu des PME et ETI sur les financements alternatifs aux crédits bancaires. Nous participons à cet effet activement au tour de France organisé par le MEDEF pour présenter cette plateforme, aux côtés d’autres fournisseurs de financements alternatifs, de dettes privées et de «quasi» fonds propres. Au travers du MAI, nous entendons ainsi mieux faire connaître aux entreprises nos offres de financement et proposer très concrètement de les financer. Nous nous engageons par ailleurs à répondre aux demandes de financements réalisées au travers de cette plateforme en moins de deux jours.

Quels sont vos autres principaux challenges aujourd’hui ?
Au-delà de cette évangélisation du marché, notre autre principal challenge actuel repose sur notre développement à l’international. Cette année, nous avons ainsi ouvert des filiales en Italie et en Espagne et allons en créer deux autres en Europe en 2018. Grâce à ce développement, nous élargissons notre base de prêteurs institutionnels et particuliers, ce qui nous permet d’octroyer aux entreprises des prêts plus importants. Nos prêts peuvent ainsi aller jusqu’à 3 millions d’euros là où les prêts des autres plateformes du marché ne dépassent généralement pas les 400 000 euros. Nous entendons ainsi devenir le leader du financement alternatif en Europe continentale et participer activement à la création d’une véritable Europe de l’épargne.

Continuez-vous par ailleurs de baisser vos taux emprunteurs ?
Aujourd’hui, Lendix est en mesure de proposer des prêts à des taux d’intérêts de 2,5 %, les plus compétitifs du marché sur les emprunteurs de bonne qualité. Des taux atteints grâce à une politique très fine de gestion des risques. En octobre dernier, nous avons créé une nouvelle classe de risque (B+) qui s’ajoute aux quatre déjà existantes (A, A+, B, et C). Cette année, Lendix devrait atteindre les 90 millions d’euros prêtés (deux fois plus que l’an passé) à plus de 330 projets. Notre communauté de prêteurs ne cesse de s’accroître et devrait également, d’ici la fin de l’année, dépasser les 10 000 membres actifs, particuliers et institutionnels.

1. Sources Crowdlending.fr et Altfi.