Financement des entreprises et Trésorerie

Stratégie

Les banques définissent leurs priorités à trois ans

Option Finance - 2 juin 2014 - Arnaud Lefebvre

Banque

Alors que la crise financière dans la zone euro avait amené les banques à repousser l’exercice, les grands groupes bancaires français viennent à nouveau de publier un plan stratégique. La poursuite de la réduction des coûts et le retour à une rentabilité plus élevée figurent notamment au rang de leurs priorités des deux à trois prochaines années. La réalisation de ce dernier objectif impliquera une utilisation plus sélective du bilan des banques, ce dont pourraient pâtir de nombreuses entreprises.

Cela faisait près de quatre ans que la Société Générale ne s’était pas pliée à l’exercice. Le 13 mai dernier, la banque a présenté aux investisseurs son nouveau plan stratégique pour la période 2014-2016. La démarche n’est pas isolée puisque, avant elle, BPCE, avec son projet «Grandir autrement», le groupe Crédit Agricole, avec le sien intitulé «Crédit Agricole 2016, le client au cœur d’un groupe en mouvement», et BNP Paribas, avaient eux aussi exposé leur stratégie pour les deux à trois prochaines années.

L’initiative n’est certes pas nouvelle car, traditionnellement, elle se répète sur un rythme biennal ou triennal. Toutefois, sous l’effet de la crise financière dans la zone euro, certains établissements avaient préféré différer sine die cette échéance. Ainsi, le précédent plan de BNP Paribas remontait à l’acquisition de Fortis, en 2009. «Avant de s’engager à nouveau sur une stratégie et sur des objectifs pluriannuels, les banques avaient besoin que l’environnement tant macroéconomique que réglementaire soit stabilisé, signale Bruno de Saint-Florent, responsable de la practice finance d’Oliver Wyman. A ce titre, la période actuelle se révèle plus propice.»

18 mois de réflexions

Pour autant, la tâche n’a pas été aisée. «Compte tenu d’une économie convalescente, il est extrêmement difficile d’arrêter des prévisions de croissance sur un horizon de trois ans, et donc des perspectives de résultat, témoigne Denis Kleiber, directeur de la communication financière de Crédit Agricole SA. En outre, même si...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi