Financement des entreprises et Trésorerie

Finance durable

Les financements «à impact» séduisent les corporates

Option Finance - 19 Juin 2020 - Thomas Feat et Arnaud Lefebvre

Finance verte, ESG

En forte croissance depuis plusieurs années, les marchés des prêts bancaires et des obligations à dimension ESG ont jusqu’à présent été principalement soutenus, sur le segment corporate, par les financements verts. Mais alors que ceux-ci sont régis par des règles d’utilisation strictes, les entreprises tendent de plus en plus à se tourner vers des instruments dits à impact, ou «sustainability linked». L’emploi des fonds levés, qui n’est pas fléché, doit alors simplement participer à l’amélioration d’indicateurs environnementaux, sociaux ou durables prédéfinis. Une façon d’offrir davantage de flexibilité aux emprunteurs.

Prêts bancaires - Les crédits à impact devancent largement les green loans

Trois ans après leur création, les financements bancaires durables ont plus que jamais le vent en poupe. En 2019, la taille globale de ce marché constitué des green loans («crédits verts») et des sustainability-linked loans ou ESG-linked loans («crédits à impact») a triplé par rapport à 2018 pour s’inscrire dans une fourchette comprise entre 110 et 130 milliards d’euros, selon Dealogic et Refinitiv. Le nombre d’opérations, lui, a quintuplé d’une année à l’autre pour dépasser la centaine, estiment les mêmes fournisseurs de données. «Et encore, ces chiffres ne sont pas exhaustifs, avertit Julien Duquenne, originateur tous actifs au sein du Green Hub de Natixis. Car si beaucoup de transactions syndiquées sont recensées par les League Tables, il n’en va pas de même d’un nombre important d’opérations bilatérales ou en club deal confidentielles.»

A l’origine de plus de 80 % des deals l’an dernier, l’Europe domine encore largement ce segment naissant de la finance durable. Précurseurs, la France et l’Espagne s’y distinguent particulièrement. «On assiste dans le même temps à une vraie montée en puissance de l’Asie et des Etats-Unis», signale Cécile Moitry, co-responsable finance durable au sein de BNP Paribas CIB. Pour preuve, la première concentre désormais 15 % du marché en valeur. Outre-Atlantique, des entreprises comme Prologis ou Carnival Corp ont mis en place des sustainability-linked loans de 3 et 3,5 milliards de dollars respectivement au cours des dix-huit derniers mois.

Une documentation moins contraignante

Les...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner