Financement des entreprises et Trésorerie

Services financiers

Les fintechs courtisent les ETI et les groupes

Option Finance - 18 avril 2017 - Guillaume Clément

Fintech, Cash management, Intelligence artificielle

Les fintechs courtisent les ETI et les groupes

Après avoir surtout lancé des solutions de cash management destinées aux particuliers et aux petites sociétés, plusieurs fintechs développent désormais des produits plus sophistiqués. Ciblant entre autres les ETI et les grands groupes, ceux-ci visent notamment à optimiser l’exécution des transactions financières et à automatiser partiellement la gestion des risques de change.

Applications mobiles de transfert d’argent, agrégateurs de comptes bancaires, plateformes de gestion des devises… Après avoir bouleversé le paysage du cash management depuis leur émergence il y a environ deux ans, les sociétés de technologies financières (fintechs) continuent de faire bouger les lignes dans ce domaine. Initialement, la plupart de leurs produits ciblaient avant tout les particuliers et les petites sociétés. Mais un nombre croissant de fintechs voient désormais plus grand. Leur but : conquérir les entreprises de taille plus importante en développant des offres plus sophistiquées que par le passé. «Après avoir proposé plusieurs solutions d’affacturage destinées principalement à améliorer le besoin en fonds de roulement (BFR) des TPE et des PME, nous nous apprêtons à lancer d’ici quelques semaines une plateforme d’affacturage inversé (reverse factoring), davantage orientée vers les ETI et les grands groupes», illustre Cédric Teissier, directeur général et cofondateur de Finexkap.

Cette volonté de diversification s’explique principalement par le fait que ce type de clientèle représente individuellement un volume d’affaires bien plus important pour les fintechs que les petites structures, ce qui est de nature à accélérer fortement leur développement. Un facteur capital pour des start-ups évoluant dans un secteur aussi concurrentiel que celui des services financiers.

Des cartes bancaires plus flexibles

Pour concurrencer les grandes sociétés financières (banques, factors, etc.), les fintechs misent principalement sur la flexibilité rendue possible par l’essor des nouvelles technologies numériques.

Cyril Chiche, président, Lydia
Lydia

«Notre application permet notamment à nos quelque 15 000 clients professionnels d’encaisser...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi