Financement des entreprises et Trésorerie

Retournement

Les fonds interviennent plus en amont

Option Finance - 31 mars 2014 - Alexandre Rajbhandari

Fonds, Restructuration, Subprimes

Face à des perspectives économiques peu encourageantes, de plus en plus de fonds sont prêts à céder leurs participations qui connaissent des difficultés financières, sans toutefois être au bord de la faillite. Des opportunités qui intéressent une nouvelle catégorie d’acteurs, prêts à déployer des stratégies plus élaborées que lors de restructurations classiques.

Après une première vague de restructurations dans les années qui avaient suivi la crise des subprimes, le faible niveau de croissance en France entraîne à nouveau un afflux de dossiers chez les spécialistes du restructuring. Avec une différence toutefois : les dossiers ne portent plus systématiquement sur des entreprises en difficultés avancées. Créanciers et actionnaires semblent en effet anticiper la recherche de solutions. Ainsi, de plus en plus de sociétés dans l’incapacité de rembourser leur dette, mais affichant des performances financières acceptables, sont mises sur le marché par leurs propriétaires. «Ces “situations spéciales” se multiplient ces derniers temps», témoigne ainsi Guillaume Cornu, partner transaction advisory services chez EY.

Ces situations concernent principalement des sociétés qui ont fait l’objet d’une opération de reprise avec effet de levier (LBO) avant la crise, et qui se retrouvent désormais dans des situations délicates. «Il s’agit souvent de dossiers pour lesquels les business plans prévoyaient des revenus et des résultats opérationnels en forte croissance», explique Vincent Batlle, associé financial advisory responsable du pôle transactions chez Deloitte. Or, la dégradation économique a rendu ces prévisions inatteignables… laissant présager une impossibilité de rembourser leurs prêteurs. 

Rodolphe Pacciarella, associé, Accuracy
Rodolphe Pacciarella

Et ce, malgré parfois des performances financières qui, dans l’absolu, ne sont pas alarmantes. «Nous voyons en Europe de plus en plus de dossiers où les...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner