Financement des entreprises et Trésorerie

Financement

Les marchés de capitaux retrouvent des couleurs

Option Finance - 2 mai 2016 - Arnaud Lefebvre

Actions, Obligations convertibles, IPO

Après un début d’année volatil, les émetteurs comme les investisseurs ont profité de nouvelles mesures monétaires accommodantes pour faire leur retour sur les marchés actions et obligataires à partir du mois de mars avec, à la clé, des conditions de financement très favorables pour les emprunteurs. Affecté par un nombre trop limité d’acquisitions de taille significative, le marché de la syndication reste pour sa part peu dynamique.

«L’un des pires débuts d’année depuis la création de l’euro.» Qu’il s’agisse des banquiers actions comme de leurs confrères obligataires, le bilan des deux premiers mois de 2016 est identique. Sous l’effet principalement des craintes relatives au ralentissement de l’économie chinoise, qui ont provoqué jusqu’en février une chute des indices boursiers ainsi que des tensions haussières sur le niveau des spreads et des primes de nouvelles émissions, peu d’émetteurs se sont en effet présentés sur les marchés. A l’exception des crédits syndiqués, l’activité a depuis redémarré. Mais les spécialistes restent prudents, les échéances à venir tant en Europe (Brexit, probables élections législatives en Espagne, négociations sur la dette grecque) qu’à l’international (risque politique au Brésil, élections présidentielles aux Etats-Unis…) étant de nature à réintroduire de la volatilité sur les marchés.

Marchés actions : le segment des introductions en Bourse rouvre enfin

Avec aucune introduction en Bourse lors du premier trimestre et une chute de moitié des volumes sur les quatre premiers mois de l’année, tous segments confondus (introductions, augmentation de capital, cessions de blocs et obligations convertibles), 2016 a démarré mollement sur les marchés actions. «Le fait que les indices actions aient fortement corrigé, le CAC 40 par exemple passant de plus de 4 600 points début janvier à moins de 3 900 points mi-février, a incité les investisseurs à la prudence, constate Thierry Olive, responsable mondial des marchés ECM chez BNP Paribas CIB. Cette méfiance s’est notamment traduite, au sein des fonds actions en Europe, par des sorties de capitaux.»

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner