Financement des entreprises et Trésorerie

Restructuration de dettes

Les négociations tournent au clash

Option Finance - 25 novembre 2013 - Arnaud Lefevre

Restructuration, Entreprises, LBO, Créanciers, Banque, Fonds d'investissement, Private Equity, Capital investissement, Amend to extend, Lender led, M&A, Cession

Souffrant d’une conjoncture économique toujours dégradée, un nombre croissant de sociétés se trouvent dans l’incapacité d’honorer leur échéancier de dette. Un contexte qui tend à envenimer les discussions entre les actionnaires et les créanciers, eux-mêmes fragilisés en raison de la multiplication des dossiers.

Des discussions interminables, des participants en passe d’en venir aux mains, des insultes qui fusent… Les observateurs de cette scène, intervenue il y a quelques semaines, n’en sont toujours pas revenus : jusqu’à présent, lorsqu’une société négociait un réaménagement de sa dette, les banquiers, les gérants de fonds d’investissement et le management concerné faisaient preuve de plus de tenue ! L’opération a certes toujours constitué un exercice délicat, mais elle tournait rarement au pugilat. Tel n’est dorénavant plus le cas : «Depuis quelques mois, nous avons la sensation que le niveau de tension entre le management des entreprises et leurs créanciers a atteint son paroxysme», confie Lionel Spizzichino, avocat associé en charge du département restructuring chez Paul Hastings.

Ainsi, les négociations portant sur la restructuration de la dette du spécialiste de l’eau Saur et du producteur de béton Consolis ont été considérées, de la part de plusieurs participants, comme particulièrement dures. Il est vrai qu’après cinq ans de crise, et en l’absence de solide reprise, le non-respect d’engagements financiers peut vite tourner au drame. Depuis 2008, plus de 300 000 entreprises françaises ont en effet fait défaut, ce qui s’est traduit, dans de nombreux cas, par des pertes pour les banques. En parallèle, beaucoup de sociétés ont dû négocier avec ces dernières un report de leurs échéances de remboursement, avec l’espoir d’un redémarrage rapide de leur activité. Mais ce dernier ne se profilant toujours pas, elles se trouvent aujourd’hui dans une situation financière très compliquée. Parmi les premières concernées figurent bien sûr un certain nombre d’entreprises sous LBO.

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner