Financement des entreprises et Trésorerie

Financement

Navya passe la seconde pour soutenir son développement

Option Finance - 3 septembre 2018 - Thomas Feat

Financement

Navya passe la seconde pour soutenir son développement

Le constructeur français de véhicules autonomes vient notamment de contracter un emprunt de 30 millions d’euros auprès de la Banque européenne d’investissement, après avoir mené à bien son introduction en Bourse cet été. Forte de ces opérations, l’entreprise vise un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros à horizon 2021, contre 30 millions à fin 2018.

Frank Maccary, directeur administratif et financier, Navya
Navya

Indéniablement, 2018 restera comme une année charnière pour Navya. Celle au cours de laquelle le jeune constructeur français de véhicules autonomes, créé il y a quatre ans et leader de son marché, aura amorcé sa mue d’une start-up de pointe vers une entreprise internationale et industrialisée. «Si 2017 a été marquée par la constitution de nos lignes d’assemblage à Vénissieux et Saline (près de Détroit, aux Etats-Unis, ndlr), 2018 aura vu notre décollage commercial, avec pas moins de dix nouveaux marchés conquis depuis janvier», s’enthousiasme Frank Maccary, directeur administratif et financier. La société affiche d’ailleurs depuis quelques mois des ambitions que d’aucuns pourraient juger spectaculaires : passer de 30 millions d’euros de chiffre d’affaires cette année à plus de 480 millions d’ici trois ans, pour une marge opérationnelle de 15 %. Elle vise en outre, à cette échéance, une part de marché supérieure à 40 % du secteur mondial des navettes autonomes.

Afin de soutenir ce développement, l’entreprise qui, jusqu’alors, n’avait levé des fonds qu’auprès de ses actionnaires historiques pour un montant cumulé en capitaux propres d’environ 35 millions d’euros, ou de la BPI sous forme d’avances remboursables, a réalisé récemment plusieurs opérations de financements d’une envergure inédite. «En début d’année, nous avons fixé cet objectif de nouvelles ressources à 80-100 millions d’euros, un montant qui, compte tenu du caractère disruptif et novateur de notre activité, a nécessité le recours à des canaux diversifiés», précise Frank Maccary.

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi