Financement des entreprises et Trésorerie

Emission obligataire

Picard jette un froid chez les investisseurs

Option Finance - 7 mai 2021 - Arnaud Lefebvre

Picard

Dans le but notamment de verser un dividende à ses actionnaires, Picard a récemment lancé une émission obligataire à dimension ESG. L’usage prévu des fonds et, surtout, la rémunération proposée ont toutefois dissuadé de nombreux investisseurs, conduisant le groupe à renoncer à son projet. Une première depuis le début de l’année.

Toutes les conditions semblaient réunies pour faire du projet d’émission obligataire de Picard un succès. Malgré la crise, le spécialiste des produits surgelés sortait d’un exercice 2020 marqué par une forte croissance de ses résultats financiers. Noté dans la catégorie high yield, il avait de plus sélectionné une fenêtre de marché idéale, tous les emprunts réalisés depuis le début de l’année par cette catégorie d’émetteurs s’étant déroulés dans des conditions favorables. Enfin, le groupe avait opté pour un format « sustainability-linked » (indexation de la marge à des critères ESG), très prisé chez les gérants et les institutionnels. Pourtant, la société sous LBO annonçait le 23 avril, soit quatre jours après le lancement de l’opération, l’annulation de l’émission envisagée, sans donner davantage d’explications. Une première cette année en Europe !

Avant Picard, quelques émetteurs ont levé des fonds sur le marché obligataire en vue de distribuer un dividende. Parmi eux figurent Verisure, Team System, Foncia, Pfleiderer et HSE.

Goldman Sachs et Credit Suisse aux manettes

Pour les spécialistes du compartiment high yield, les conditions de marché du moment ne justifient en rien cet échec. « Avec des montants levés dépassant 30 milliards d’euros lors du premier trimestre et un mois d’avril encore très actif, les investisseurs ont certes été très sollicités depuis le début de l’année et sont, pour certains, dans un état de satiété, reconnaît certes un banquier. Cependant, la demande reste forte, comme l’illustre la sursouscription de près de 7 fois de l’émission d’obligations sustainability-linked bouclée par Rexel la semaine suivant le projet avorté de Picard. » 

Alors que Picard, qui avait mandaté...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner