Financement des entreprises et Trésorerie

Bourse

Un processus de cotation mouvementé pour GenSight Biologics

Option Finance - 29 août 2016 - Guillaume Clément

Bourse, Nasdaq, Biotechs, Euronext

Un processus de cotation mouvementé pour GenSight Biologics

Après avoir dû repousser plusieurs fois son introduction en bourse sur le Nasdaq en raison de mauvaises conditions de marché, la biotech française GenSight Biologics a finalement décidé de se coter en juillet dernier sur Euronext. Un choix couronné de succès, mais qui ne l’empêche pas de garder un œil sur le marché américain.

Lorsque la société française GenSight Biologics a entrepris il y a environ un an et demi de s’introduire en bourse, elle n’imaginait pas se lancer dans un tel parcours du combattant ! En effet, ce n’est qu’au bout de la 4e tentative que la biotech, en pertes et qui ne réalise pas encore de chiffre d’affaires, a finalement réussi à se coter le 12 juillet dernier. Il faut dire que le groupe a entre-temps joué de malchance.

Thomas Gidoin, directeur financier, GenSight Biologics
GenSight Biologics

Depuis sa création en 2012, il avait déjà levé 52 millions d’euros par le biais de deux augmentations de capital, bouclées respectivement en mars 2013 et en juillet 2015 (voir encadré), dont la dernière visait justement à préparer sa cotation. «Nous cherchions à terme à réaliser un tour de table ouvert au public afin, d’une part, de disposer de nouveaux moyens pour poursuivre nos recherches dans le domaine des thérapies géniques contre des maladies neurodégénératives de la rétine et du système nerveux central, et, d’autre part, d’augmenter notre visibilité auprès des marchés, indique Thomas Gidoin, directeur financier de GenSight Biologics. Or pour ce faire, nous voulions nous appuyer sur la présence au capital d’investisseurs reconnus dans le domaine de la santé, notamment américains, et sur une valorisation arrêtée lors d’une levée de fonds récente.»

Six mois de préparation

Des précautions d’autant plus légitimes que l’entreprise prévoyait initialement d’intégrer le Nasdaq. «Nous avions fait ce choix pour plusieurs raisons, explique Thomas Gidoin. D’abord, cette place boursière...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner