Fiscalité, Comptabilité, Droit

Entreprises

Comment l’administration fiscale du Nord pratique la relation de confiance

Option Finance - 23 septembre 2019 - Arnaud Lefebvre

Administration fiscale, Fraude Fiscale, Entreprises

Adoptée l’an dernier, la loi pour un Etat au service d’une société de confiance (Essoc) contraint l’administration fiscale à faire évoluer en faveur des contribuables un certain nombre de ses pratiques de contrôle. Pionnière en la matière, la Direction régionale des finances publiques des Hauts-de-France et du département du Nord, l’une des plus importantes DRFIP de France, a pris ces derniers mois plusieurs initiatives innovantes envers les entreprises.

«Décrisper les relations entre les contribuables et l’administration.» Comme la plupart de ses prédécesseurs, le ministre actuel de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a fait de l’amélioration des rapports entre les administrés et le fisc l’un de ses chevaux de bataille. Cet engagement s’est matérialisé avec l’adoption de la loi pour un Etat au service d’une société de confiance (loi Essoc) il y a un peu plus d’un an, le 10 août 2018. «Bien sûr, la confiance ne se décrète pas, elle se construit pas à pas et nécessite de part et d’autre des évolutions dans les pratiques comme dans les cultures. Mais il fallait un premier pas qui marque l’entrée dans une nouvelle ère», avait ainsi rappelé le ministre en mars dernier dans le cadre d’une réunion visant à présenter certaines mesures du texte. Pour les équipes de l’administration fiscale du Nord, département dont Gérald Darmanin est originaire, ce «premier pas» s’apparente sur le papier à un véritable défi : les 3 000 agents de la DRFIP des Hauts-de-France doivent en effet gérer quelque 240 000 professionnels redevables.

Une loi qui va plus loin

Cette volonté d’apaiser les relations entre les entreprises et l’administration fiscale n’est pas nouvelle.

Patrick Chapalain, responsable division du contrôle fiscal, DRFIP Hauts-de-France et département du Nord
DRFIP Hauts-de-France et département du Nord

«Dès 2005, le ministre du Budget de l’époque, Jean-François Copé, avait déjà mis en place la “Charte du contribuable” pour améliorer les relations avec les usagers, rappelle Patrick Chapalain, responsable de la division du contrôle fiscal au sein de la DRFIP des Hauts-de-France et du département du Nord. Celle-ci fixait trois objectifs à respecter : simplicité, équité (bonne foi du contribuable présumée) et respect.»

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner