Fiscalité, Comptabilité, Droit

Due diligence financière

De nouveaux points de vigilance

Option Finance - 11 avril 2016 - Astrid Gruyelle

Risque, Réglementation

Les acquéreurs se montrent de plus en plus attentifs face à l’émergence de nouveaux risques liés notamment aux réglementations internationales et aux pratiques fiscales. Une prudence qui a des répercussions sur le contenu des due diligences financières.

Stéphane Vanbergue, associé, Eight Advisory
Eight Advisory

Les spécialistes en due diligence ne manquent pas de travail. Alors que la France s’est hissée en 2015 à la troisième place des pays les plus actifs sur le marché des fusions-acquisitions en volume, selon l’étude annuelle réalisée par Deloitte, la tendance se poursuit en ce début d’année. Outre cette activité soutenue, des évolutions récentes ont surtout conduit les acquéreurs à adapter le contenu de leur due diligence financière. «Le niveau d’exigence de nos clients est de plus en plus élevé», observe Stéphane Vanbergue, associé chez Eight Advisory.

Leur vigilance porte d’abord sur les pratiques comptables employées par les vendeurs. «Avec une concurrence grandissante entre investisseurs, notamment dans le private equity, ces derniers disposent de moins de temps pour construire leur offre, relève Stéphane Vanbergue. Or, les vendeurs ont de plus en plus tendance, depuis un an et demi, à utiliser les largesses des référentiels comptables de manière à maximiser les agrégats servant de base à la valorisation de leur entreprise.» Inquiets du développement de ce phénomène récent, les acheteurs tendent donc à porter une attention accrue au retraitement des informations comptables des cibles.

Un impact sur la valorisation de la cible

La vigilance à l’égard de ces pratiques se justifie d’autant plus que celles-ci s’appliquent à plusieurs agrégats. «Les vendeurs profitent des marges d’appréciation laissées aux entreprises dans l’application de certaines règles comptables pour augmenter leur Ebitda, en classant par exemple certaines charges dans les rubriques résultat exceptionnel ou résultat financier alors qu’il s’agit d’éléments opérationnels à caractère récurrent», alerte Stéphane Vanbergue.

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi