Fiscalité, Comptabilité, Droit

Réforme des retraites

La révolte inédite des professions libérales

Option Finance - 13 janvier 2020 - Olivia Dufour

Réforme

Alors que le projet de réforme des retraites a été transmis au Conseil d’Etat, les avocats ont déclenché, le 6 janvier, une grève nationale pour protester contre la fin de leur régime autonome. Ils ne sont pas les seuls : la plupart des professions libérales refusent d’intégrer le régime universel.

Depuis l’été dernier, la colère des avocats contre la réforme des retraites monte en puissance. Ils sont même parvenus à fédérer autour d’eux, dans un collectif dénommé SOS Retraites, les médecins, les pilotes de ligne, les masseurs-kinésithérapeutes, les infirmières libérales ou encore les experts-comptables. En tout, plus d’une dizaine de professions libérales partagent le même objectif : maintenir leurs régimes autonomes. Et pour cause, ceux-ci sont bien gérés, adaptés aux spécificités de chaque profession, et ont su constituer par ailleurs d’importantes réserves.

S’agissant des avocats, chaque professionnel touche un minimum retraite de 1 400 euros, les réserves s’élèvent à 2 milliards d’euros, et le système est pérenne. Pour l’instant, on compte quatre actifs pour un retraité ; les actuaires prédisent que, en 2060, il y aura encore plus d’un actif pour un retraité. Le régime de base est garanti jusqu’en 2060, le complémentaire jusqu’en 2080. Par comparaison, on comptait en 2017 dans le régime spécial de la SNCF 143 000 actifs pour 261 000 bénéficiaires, selon les chiffres de la Cour des comptes. Mieux, au titre de la solidarité, la caisse des avocats a versé 2 milliards d’euros aux autres régimes en l’espace de vingt ans, dont 100 millions l’an dernier. S’ils rejoignent le régime universel, les avocats ont calculé que leurs cotisations allaient passer de 14 % à 28 %, ce qui sera particulièrement douloureux pour la moitié de la profession, dont le seuil de revenu est inférieur à 40 000 euros annuels. Et ce alors même que ce doublement des cotisations donnera droit à une retraite de base ramenée à 1 000 euros…

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner