Fiscalité, Comptabilité, Droit

Interview - Daniel Kurkdjian, président de Grant Thornton France

«Le métier de comptable doit se transformer s’il ne veut pas s’ubériser»

Option Finance - 29 mars 2016 - Propos recueillis par Valérie Nau

Numérique

Accaparés ces dernières années par la réforme européenne de l’audit, les professionnels du chiffre font aussi face en parallèle à de nouvelles évolutions. Si les métiers du conseil reviennent en force dans les cabinets d’audit, ces derniers risquent surtout d’être bouleversés à terme par la révolution numérique, comme le souligne Daniel Kurkdjian, président de Grant Thornton France.

Daniel Kurkdjian, président de Grant Thornton France
Grant Thornton France

Après s’être séparés il y a quelques années de leurs activités de conseil, les grands cabinets d’audit misent de nouveau sur cette activité pour assurer leur développement dans les années qui viennent. Qu’en pensez-vous ?

Dans notre métier, les chiffres constituent la matière première, mais nous sommes avant tout une profession de conseil et d’expertise. Jusqu’à la fin des années 1990, l’audit et le conseil cohabitaient. Le renforcement de la réglementation suite à l’affaire Enron a ensuite alimenté la réflexion sur l’indépendance de l’auditeur, dont la mission ne devait plus se borner qu’à la certification des comptes. Dans les faits, la réglementation n’interdisait pas aux cabinets d’audit de proposer des activités de conseil en soi, mais ils ne devaient plus le faire chez un même client. Néanmoins, les gros cabinets ont estimé à l’époque que cette réglementation menaçait leurs activités de conseil à terme, d’autant que ce sentiment était relayé par les associés concernés, dont certains ont très vite envisagé de partir. Les grandes maisons d’audit ont alors préféré anticiper le mouvement en cédant leurs activités dans ce domaine. Chez Grant Thornton, en revanche, nous avons fait le choix de rester dans le conseil car nous avons toujours considéré que ce serait une hérésie de nous en séparer.

De fait, on assiste depuis quelques années à l’évolution inverse. Un bon auditeur doit en effet à présent afficher des compétences très variées, car l’environnement des entreprises est...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner