Fiscalité, Comptabilité, Droit

Clôture des comptes 2014

Les dépréciations d’actifs et de goodwills devraient rester limitées

Option Finance - 16 février 2015 - Arnaud Lefebvre

Dépréciation, Goodwill, Clôture des comptes

Dans l’attente de leur publication de résultats annuels, plusieurs groupes viennent d’annoncer des dépréciations de leurs actifs et de leurs écarts d’acquisition (goodwills). Même si les entreprises présentes notamment en Russie et au Brésil pourraient être contraintes d’opérer de tels retraitements, leur ampleur devrait, selon les commissaires aux comptes, être restreinte.

Affectés par un environnement économique dégradé, BNP Paribas, Groupe Partouche ou encore Avanquest viennent d’annoncer, dans le cadre de la publication de leurs comptes annuels 2014, avoir révisé à la baisse la valeur de certains de leurs actifs ou de leurs écarts d’acquisition (goodwills). Avant eux, d’autres groupes ont préféré prévenir en amont de leur publication de résultats qu’ils procéderaient à de tels retraitements, comme par exemple Nexans, Vallourec et Areva. Autant de dépréciations justifiées par l’absence de reprise de la croissance en France et en Europe, par le ralentissement de l’activité dans les pays émergents, Brésil en tête, et par les répercussions des tensions géopolitiques, essentiellement en Ukraine et en Russie.

En dépit de ce contexte international difficile, les auditeurs comme les commissaires aux comptes ne s’attendent pas, aussi étonnant que cela puisse paraître, à une vague massive de dépréciations. «Même si d’autres communications de ce type devraient probablement intervenir, ce n’est pas la tendance qui se dégage parmi nos clients», confirme un expert-comptable. En outre, celles qui seront prochainement annoncées devraient, selon les spécialistes, être d’une ampleur limitée. «Les investisseurs n’apprécient pas d’être mis devant le fait accompli lors de la publication des résultats et le régulateur veille, insiste Patrick Iweins, associé d’Advolis. S’ils décident un niveau élevé de dépréciations, les émetteurs doivent communiquer cette information sans tarder. Pour 2014, il s’avère donc peu probable que de nouveaux “impairment” significatifs soient annoncés.»

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner