Fiscalité, Comptabilité, Droit

Gouvernance

Les points clés des AG 2018

Option Finance - 9 avril 2018 - Anaïs Trebaul

Assemblée générale, Gouvernance

Les points clés des AG 2018

Alors que la saison des assemblées générales va commencer, les classiques sujets de désaccords entre les actionnaires et les dirigeants, comme les rémunérations et le renouvellement des mandats, devraient encore alimenter les débats. L’intérêt croissant des investisseurs pour les aspects environnementaux pourrait toutefois mettre en lumière de nouveaux sujets de gouvernance.

Les assemblées générales 2018 arrivent à grands pas… et les traditionnels débats qui animeront ces réunions entre actionnaires et dirigeants également ! Après LVMH qui ouvrira le bal ce jeudi pour les entreprises du CAC 40, ce sont L’Oréal, Vinci, Unibail-Rodamco ou encore Gecina qui s’attèleront dès la semaine prochaine à cet exercice annuel. L’an dernier, les discussions avaient été fortement animées par l’introduction, à travers la loi Sapin 2, du vote, non plus seulement consultatif, mais contraignant, des actionnaires sur la politique de rémunération des mandataires sociaux. Cette année, cette caractéristique est étendue aux gratifications versées au titre de l’exercice antérieur et devrait ainsi porter, encore une fois, les sujets d’ordre pécuniaire au premier rang des débats 2018.

Des désaccords qui perdurent

En effet, bien que cette mesure ait pour but d’aider les actionnaires à faire entendre leur voix, ceux-ci devraient encore peiner à exprimer leur désaccord avec les montants alloués aux dirigeants.

Loïc Dessaint, directeur général, Proxinvest
Proxinvest

«En 2017, aucun rejet de rémunération pour l’année à venir n’a finalement été voté à la majorité, relève Loïc Dessaint, directeur général de Proxinvest. En revanche, les actionnaires avaient majoritairement rejeté, à titre consultatif, les rémunérations dues au titre de l’exercice antérieur de deux sociétés du SBF 120 (Soitec et Elior). Cette année, malgré l’entrée en vigueur du vote à titre contraignant, nous ne sommes pas sûrs que des gratifications soient invalidées. En effet, beaucoup d’actionnaires sont étrangers et ont parfois des références de rémunération très élevées dans leur propre pays. De plus, ils ont peu de moyens pour analyser dans le détail la rémunération des dirigeants.» Il...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Reporting extra-financier

La DPEF fait ses premiers pas

Interview - Jean Bouquot, président de la Compagnie nationale des commissaires aux comptes

«Avec la loi Pacte, près de 25 % des commissaires aux comptes vont perdre la quasi-totalité de leur activité»