Gestion financière

Placements de trésorerie

Comment trouver des rendements encore positifs

Option Finance - 20 mars 2017 - Arnaud Lefebvre

Placements

Alors que la quasi-totalité des placements bancaires et des fonds monétaires offrent aujourd’hui des rendements négatifs, la situation devrait continuer de s’aggraver dans les prochains mois, sous l’effet de la politique de la BCE et de la raréfaction du nombre d’émetteurs présents sur les marchés. Des perspectives qui incitent un nombre croissant de trésoriers à assouplir à la marge leurs contraintes de placements.

En voyant la rémunération moyenne de leurs placements de trésorerie tomber, pour les plus chanceux, autour de 0 % fin 2016, les trésoriers pensaient avoir atteint un plancher. Malheureusement pour eux, cet espoir a été rapidement déçu.

Cyril Merkel, président de la commission placements, AFTE
AFTE

«Alors que la plupart des produits de placement, à l’image des certificats de dépôts, des dépôts à terme d’une durée allant jusqu’à un an ou encore des fonds monétaires de court terme, offraient depuis de nombreux mois déjà des rendements négatifs, certains OPCVM monétaires parvenaient à se maintenir en territoire positif, rappelle Cyril Merkel, président de la commission placements de l’Association française des trésoriers d’entreprise (AFTE). Mais depuis la fin 2016, la quasi-totalité d’entre eux ont, à leur tour, basculé sous le seuil de 0 %.»

Des spreads en baisse continue

Cette énième détérioration de l’environnement tient en grande partie à l’action de la Banque centrale européenne. «Depuis trois mois, l’institution s’est accordé la possibilité d’acheter sur les marchés des titres dont le rendement est inférieur au taux de la facilité de dépôt, à savoir - 0,40 %, explique Anne-Charlotte Ducos, gérante chez CPR AM. Cette décision, une fois mise en pratique, a eu pour effet de faire baisser un peu plus les spreads des émetteurs.» Une tendance exacerbée par un autre facteur.

Laurent Gonon, directeur de la gestion taux, BFT IM
BFT IM

«Au cours des dernières semaines, les emprunteurs, en particulier les banques, ont été sensiblement moins actifs sur les marchés dans la mesure où la majeure partie de leurs besoins sont déjà financés,...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner