Gestion financière

Droit boursier

Foncière de Paris : l’offre moins-disante peut-elle l’emporter ?

Option Finance - 27 juin 2016 - Arnaud Lefebvre

OPA, M&A, Fusion acquisition

Foncière de Paris : l’offre moins-disante peut-elle l’emporter ?

Alors que Foncière de Paris suscite la convoitise de deux autres foncières, plusieurs de ses actionnaires se sont pour l’instant déclarés favorables à l’offre lancée par Eurosic, pourtant moins attractive financièrement que celle de Gecina. Un choix qui, s’il était validé, serait tout à fait légal, à condition qu’il soit pris dans l’intérêt social de l’entreprise.

De mémoire d’avocats, un tel cas de figure est extrêmement rare : faisant l’objet d’une tentative d’achat par deux grands acteurs de l’immobilier, le groupe Foncière de Paris pourrait être repris par celui ayant présenté l’offre… la moins-disante sur le plan financier ! Alors que Gecina a formulé un projet incluant une offre en numéraire, une offre en titres et une offre d’échange en obligations subordonnées remboursables en actions affichant un surcroît de rémunération de respectivement 10 %, 12 % et 8 % par rapport à la proposition d’Eurosic, c’est en effet cette dernière qui a, pour l’instant, recueilli l’adhésion de plusieurs actionnaires de la cible, parmi lesquels Covéa, ACM ou encore La Tricogne.

Si le dossier devrait connaître une évolution majeure le 29 juin avec la publication par le conseil de surveillance de Foncière de Paris d’un avis motivé faisant suite à la remise du rapport d’un expert indépendant, l’issue semble favorable à Eurosic. En tenant compte de contrats de cession d’actions et d’engagements d’apport à l’offre, la foncière a indiqué avoir signé des accords portant sur 79 % du capital de Foncière de Paris. De quoi susciter l’incompréhension de Gecina, qui n’a pas exclu de déposer des recours en cas d’acceptation de l’offre d’Eurosic au regard notamment des liens existants entre Eurosic et Foncière de Paris (voir encadré).

Quelques précédents

Toutefois, la réglementation n’oblige pas les actionnaires d’une cible, cotée comme non cotée, à se tourner vers la mieux-disante en...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner