Gestion financière

Réduction des coûts

Jusqu’où (ne pas) aller

Option Finance - 4 mai 2015 - Guillaume Clément

Réduction de coûts, Optimisation, Négociation

Les directions financières sont de plus en plus attentives aux effets pervers que peuvent entraîner les mesures de réduction des coûts. Certaines d’entre elles ont en effet constaté une dégradation de la qualité de leurs prestations de service, alors que d’autres ont même vu leurs dépenses finales augmenter ! Pour éviter de se retrouver dans pareille situation, les spécialistes leur recommandent de procéder à des analyses plus poussées pour évaluer les impacts à moyen terme de ce type de chantiers.

Lorsqu’en 2013, un groupe spécialisé dans le prêt-à-porter Jennyfer (350 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2014) a décidé de changer d’opérateur de télécommunications, il a fait un choix a priori surprenant : souscrire une offre plus chère que celle dont il bénéficiait jusqu’alors ! «Nous avons pris cette décision car nous n’étions pas satisfaits des prestations de notre opérateur historique, explique son directeur administratif et financier. Nous rencontrions par exemple des problèmes concernant la remontée informatique des données de ventes de nos 300 magasins en France vers notre système de gestion central. Nous avons donc décidé de solliciter une société certes 10 % plus chère mais qui nous assure une meilleure qualité de service.»

Romain Daumont, directeur général France,

Lowendalmasaï

Un choix que d’autres responsables financiers ont également fait au cours de ces dernières années. Alors que l’optimisation des coûts est l’une de leurs priorités depuis la crise, de plus en plus d’entre eux se détournent en effet des services «low cost» au profit de ceux qui offrent un rapport qualité-prix satisfaisant. «Un nombre croissant de directions financières réalisent que les solutions les moins chères proposées sur le marché, par exemple en termes d’équipement informatique, de télécommunications ou de flotte automobile, ne sont pas forcément les plus rentables pour elles car elles ne sont pas toujours adaptées à leurs besoins», constate Romain Daumont, directeur général France de Lowendalmasaï, cabinet spécialisé dans l’optimisation des coûts. Lorsqu’ils s’engagent dans des démarches visant à réduire leurs frais, les responsables financiers doivent en effet prendre garde à ne pas tomber dans trois types de pièges.

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner