Gestion financière

Délais de paiements

Le cadre législatif se durcit pour les retards

Option Finance - 29 août 2016 - Sylvestre Rome

Retards de paiement

Le cadre législatif se durcit pour les retards

Alors que les retards de paiement ont reculé d’une journée seulement au premier trimestre, le gouvernement souhaite accélérer la tendance avec l’adoption d’un arsenal de mesures répressives. De leur côté, les commissaires aux comptes devront dorénavant certifier les comportements de paiement dans le rapport de gestion des entreprises.

L’embellie est timide. L’année dernière, les retards de paiement des entreprises françaises avaient atteint leur plus haut niveau enregistré au cours des dix dernières années, avec une moyenne de 13,6 jours. Depuis le début de l’année 2016, la situation s’est certes améliorée, mais a minima. «Sur un an, le délai moyen s’est raccourci d’une journée, à 12,6 jours, commente Thierry Million, directeur des études pour Altarès. Le redressement que nous observons est davantage sensible chez les TPE et PME, qui payent en moyenne avec 12,2 jours de retard (– 1 jour) contre 13,6 pour les ETI (– 0,6) ; quant aux grandes entreprises, ce chiffre reste stable à 14,5 jours.» Pour autant, les entreprises françaises demeurent championnes des petits retards. Elles sont 34,7 % à payer leurs fournisseurs entre un et quinze jours après le délai légal, bien au-dessus de la moyenne européenne qui se situe à 27,9 %.

Denis Le Bossé, président, Arc
Arc

Or les effets liés à ces pratiques sont connus : un quart des défaillances d’entreprises s’expliqueraient par des retards de paiement. Le seuil des 30 jours de retard, qui est encore dépassé par 7,8 % des entreprises françaises selon Altarès, a été confirmé comme le point d’accélération du niveau de risque. Une fois ce délai franchi, la probabilité de défaillance est multipliée par six. «Or par peur de perdre des parts de marché ou de froisser leurs clients, les petites entreprises hésitent à relancer ces derniers. Cela génère par conséquent une détérioration de leur trésorerie,...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner