Gestion financière

Optimisation

Les nouveaux gisements de réduction de coûts

Option Finance - 3 novembre 2014 - Alexandre Rajbhandari

Réduction de coûts

Si les entreprises continuent de surveiller les postes de dépenses les plus faciles à optimiser, elles commencent également à s’intéresser à des domaines encore rarement abordés. Les prestations de conseil, les frais bancaires, voire les processus de production peuvent ainsi constituer des gisements d’économies non négligeables.

Christine Larsen, associée et directrice de la ligne de services conseil opérationnel performance achats et supply chain, Grant Thornton
Christine Larsen

«Récemment, nous avons travaillé avec un industriel du parfum, explique Christine Larsen, associée et directrice de la ligne de services conseil opérationnel performance achats et supply chain chez Grant Thornton. Notre mission consistait alors à réduire le coût de revient de ses flacons et emballages, sans changer ni l’aspect ni la qualité du produit final. En travaillant sur la conception du produit, avec quelques changements d’éléments sur la matière composant le bouchon, le grammage du carton, le type de film sur l’emballage et en limitant le nombre de pièces à assembler, nous avons réussi à réduire le coût de revient du produit de près de 35 % !» Dans un contexte économique toujours atone, les entreprises sont loin d’en avoir fini avec le chantier de la réduction des coûts. Il est vrai que, dans ce domaine, et malgré les années d’efforts, les gisements ne sont pas prêts d’être épuisés. Leur champ tend même à s’élargir : «Après avoir mis sous contrôle les achats les plus facilement accessibles, les directions achats et les directions financières étendent leur couverture aux catégories plus sensibles», témoigne Thierry Mercier, partner chez Kurt Salmon.

Surveiller ses dépenses réglementaires

Certes, les entreprises continuent de s’intéresser en priorité aux chantiers les plus facilement abordables. Parmi ces derniers, l’optimisation des charges sociales demeure un incontournable.

Maxime Jacquier, directeur conseil, Leyton
Maxime Jacquier

«Le but est de déterminer le juste montant que les entreprises doivent débourser à ce titre en s’assurant qu’elles ne dépensent pas plus qu’exigé par la réglementation», explique Maxime Jacquier, directeur conseil chez Leyton. Ce travail commence donc généralement par un audit de l’ensemble des prestations sociales...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner