Gestion financière

Risque de taux

Les précouvertures séduisent les trésoriers

Option Finance - 4 mai 2015 - Arnaud Lefebvre

Taux, Risque, Couverture, Swaps

Alors que les taux sont à peine supérieurs à 0 %, les entreprises ont tendance à renforcer la part de la rémunération fixe dans leur endettement global. Elles sont également de plus en plus nombreuses à souscrire des produits de couverture leur permettant de sécuriser les conditions actuelles pour des émissions qui interviendront ... dans les prochaines années !

Bruno Laurier, responsable mondial adjoint

vente de produits dérivés de taux et de change aux corporates, Société Générale CIB

Depuis le début d’année, la gestion du risque de taux est revenue au cœur des échanges entre les trésoriers et les banquiers. Il faut dire que les taux, en recul continu depuis plus d’un an, ont accéléré leur mouvement baissier avec l’annonce par la Banque centrale européenne, fin janvier, d’un vaste programme de rachat d’actifs. Alors que le taux à cinq ans s’établissait par exemple à près de 1 % il y a un an, il est ainsi tombé à 0,20 % la semaine dernière ! De son côté, le taux à dix ans est passé de 1,8 % à 0,50 % sur la même période. Une tendance qui concerne l’ensemble de la courbe des taux. «Dans ce contexte, nous avons eu avec nos clients davantage de discussions sur la meilleure stratégie de couverture à adopter au premier trimestre», témoigne Bruno Laurier, responsable mondial adjoint vente de produits dérivés de taux et de change aux corporates au sein de la Société Générale CIB.

 

Un intérêt limité pour les taux variables

Considérant depuis deux à trois ans déjà que les taux allaient rapidement remonter, la plupart des sociétés avaient préféré, afin de stabiliser des niveaux qu’elles jugeaient alors particulièrement attractifs, renforcer la part de leur dette à taux fixe dans leur endettement global. Même si la situation fluctue en fonction du profil des groupes, celle-ci s’élèverait en moyenne à 80 %, d’après des banquiers. «Ce faisant, un grand nombre d’entreprises n’ont pas pu profiter de la baisse récente des taux», constate Bruno Laurier.

Afin de ne pas voir à nouveau une telle opportunité leur...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner