Gestion financière

Sociétés cotées

Rémunérations complémentaires : le choix se réduit

Option Finance - 24 novembre 2014 - Arnaud Lefebvre

Stock-options, Actions de préférence

Face au durcissement récent de la fiscalité des dispositifs de rémunération complémentaire, plusieurs sociétés cotées ont modifié leur politique en la matière, délaissant notamment les stock-options. Mais elles doivent désormais faire face à la pression croissante de leurs actionnaires, qui réclament de plus en plus fermement un alignement des intérêts du top management avec les leurs.

Jean-François Louit, avocat, Scotto & Associés
Jean-François Louit

L’assemblée générale de Pernod Ricard du 6 novembre dernier a donné lieu à un mini coup de théâtre. Les actionnaires ont en effet rejeté le plan d’attribution de stock-options proposé, jugeant les critères d’octroi trop peu contraignants. «Il était notamment prévu qu’en cas de sous-performance du cours de Pernod Ricard par rapport à son indice de référence (Food & Beverage Eurostoxx 600) jusqu’à - 15 %, les bénéficiaires du programme reçoivent tout de même une partie des actions, rappelle Loïc Dessaint, directeur général de la société de conseil en vote Proxinvest. Les actionnaires ont sanctionné un tel décalage d’alignement entre leurs intérêts et ceux des dirigeants de la société.» Même si l’assemblée générale de Carrefour avait débouché sur un résultat identique en 2012, un tel désaveu est rarissime en France. «Les investisseurs se montrent actuellement plus exigeants sur les rémunérations des dirigeants», constate Jean-François Louit, avocat chez Scotto & Associés. Le code de bonne conduite Afep-Medef, qui vise notamment à renforcer la transparence en termes de rémunération des dirigeants, les avait déjà conduits à renforcer leur vigilance dans ce domaine, notamment depuis sa révision en juin 2013. Les difficultés économiques persistantes, qui tendent à limiter la création de valeur au sein des groupes, n’ont fait qu’accentuer le phénomène. 

Les groupes français en retard sur les conditions de performance

Bruno Fourage, spécialiste des rémunérations des dirigeants, Mercer
Bruno Fourage

Le sujet de la rémunération des dirigeants et des principaux cadres (incentives) devient ainsi de plus en plus compliqué à gérer au...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner