Innovation

Michel Aglietta, professeur émérite à l’université Paris-Nanterre, conseiller scientifique au CEPII

« La monnaie digitale de banque centrale constitue une innovation majeure »

Option Finance - 21 mai 2021 - Valérie Nau

En l’espace de quelques années, l’univers des monnaies et des paiements a subi des bouleversements considérables. Portées par les nouvelles technologies, les innovations dans ce domaine ont fait émerger de nouveaux acteurs, prêts à rivaliser avec les banques, mais aussi avec les Etats. Une évolution dont les économistes Michel Aglietta et Natacha Valla soulignent les risques et les enjeux dans leur ouvrage, « Le futur de la monnaie »*.

Vous travaillez depuis de nombreuses années sur le thème de la monnaie, auquel vous avez consacré plusieurs ouvrages. Avec le développement de nouveaux moyens de paiement, la montée en puissance des cryptoactifs, l’émergence des monnaies digitales de banque centrale… la monnaie est-elle entrée dans une phase de mutation inédite ?

La monnaie connaît effectivement une phase de transformation liée à la montée en puissance de deux phénomènes majeurs, les monnaies digitales et la problématique du changement climatique. Ces deux évolutions vont avoir un effet important sur la stratégie macroéconomique, c’est-à-dire sur les liens entre les banques centrales et les Etats. Contrairement à ce que pensent les thuriféraires de la Silicon Valley qui ont mis en place le Bitcoin, on ne va pas assister pour autant à l’élimination par le secteur privé de la dimension souveraine de la monnaie. Cette dernière va, certes, subir une transformation profonde avec l’essor du monde numérique, qui bouleverse l’organisation des systèmes de paiements. Mais elle n’en conservera pas moins sa dimension de souveraineté. La monnaie fait en effet partie des institutions fondamentales qui assurent le lien social, en reliant le collectif à l’individuel. Ce lien est formalisé par l’ordre constitutionnel dont découle l’autorité juridique des institutions. Ainsi l’unité de compte officielle, qui est le fondement de la mesure que l’on appelle la « valeur » est reconn...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Gildas le Treut, directeur commercial et relations clients, Société Générale Securities Services

La montée en puissance du non-coté requiert une digitalisation des processus