Macroéconomie

BCE

Vers une nouvelle baisse de l’euro ?

Option Finance - 20 juillet 2015 - Arnaud Lefebvre

BCE, Euro, Dollar, FED, Devises

Alors que la Grèce vient d’obtenir un financement d’urgence, les économistes interrogés par Option Finance anticipent cet été une moindre volatilité sur les marchés de la zone euro. Leurs regards vont dorénavant se tourner vers les pays émergents, dont l’économie ralentit, ainsi que vers les Etats-Unis, où la Fed devrait prochainement remonter ses taux. Une décision censée renforcer le dollar face à la monnaie unique.

Mario Draghi
BCE

Pour le moins incertain à l’issue de deux semaines de tensions extrêmes, l’avenir de la Grèce au sein de la zone euro s’est considérablement éclairci la semaine dernière. Après l’obtention d’un accord à l’arraché entre le pays et ses créanciers le 13 juillet au matin, suivi par son adoption par le Parlement grec, Athènes a bénéficié de deux coups de pouce jeudi. D’abord, les Etats européens ont validé la mise en place d’un crédit-relais de 7 milliards d’euros par le Fonds européen de stabilité financière (FESF), qui sera rapidement remplacé par un financement de 82 à 86 milliards d’euros apporté par le Mécanisme européen de stabilité (MES), pour une durée de trois ans. Une manne financière qui permettra à la Grèce de faire face à ses échéances de remboursement vis-à-vis notamment du FMI (arriéré de paiement de 1,5 milliard d’euros) et de la Banque centrale européenne (3,5 milliards d’euros à rembourser ce lundi 20 juillet), ainsi que de recapitaliser ses banques.

Un bol d’air qui s’est ensuite accompagné, dans la même journée, d’un assouplissement de la position de la BCE au cours de sa réunion de politique monétaire. «Mario Draghi a quelque peu surpris en adoptant une attitude plus accommodante vis-à-vis de la Grèce, constate Jean-François Robin, stratégiste chez Natixis. Après avoir été gelé à 89 milliards d’euros, le plafond des aides d’urgence aux banques grecques (ELA) a été relevé de 900 millions d’euros pour cette semaine. En outre, la BCE a ouvert la porte à des rachats, certes sous conditions, de titres souverains grecs dans le cadre de son programme de rachats d’actifs. Ces annonces ont envoyé un message très positif.»

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner