Innovation

Innovation et transformation

De l’importance de réglementer l’intelligence artificielle pour qu’elle reste au service du citoyen

Option Finance - 24 juin 2019 - Anne-Laure Villedieu et Eléonore Favero, CMS Francis Lefebvre Avocats

Innovation

L’intelligence artificielle est au cœur de nombreux produits et services émergents, sur lesquels les investisseurs ont envie de parier. Mais pour que les acteurs impliqués, parmi lesquels les opérationnels intervenant de la conception à la diffusion d’une IA, soient fiables et sûrs, il est nécessaire qu’ils évoluent dans un cadre juridique clair. Celui-ci fait actuellement l’objet de réflexions, notamment sur les aspects éthiques et sociaux à prendre en compte.

Par Anne-Laure Villedieu, avocat associé et Eléonore Favero, avocat, CMS Francis Lefebvre Avocats.

D’Asimov et ses célèbres lois à Masahiro Mori et sa vallée de l’étrange, les auteurs de science-fiction ont très tôt développé des théories sur les rapports entre êtres humains et machines. Mais ce n’est que récemment que les questions d’éthique appliquées aux nouvelles technologies ont dépassé le genre littéraire pour s’imposer dans le débat public. Des scientifiques et des acteurs de la technologie, dont Stephen Hawking, Elon Musk ou encore Stuart Russell, ont élevé la voix pour qu’une véritable réflexion sur l’intelligence artificielle ait lieu afin d’en maximiser les bénéfices sociaux (Research Priorities for Robust and Beneficial Artificial Intelligence : An Open Letter). De même, les premiers débats sur l’impact que peut avoir la capacité de mimétisme émotionnel de certains robots sont en train d’émerger.

Cependant, il convient de ne pas limiter l’intelligence artificielle à des robots ou autres machines intelligentes. Pour l’appréhender dans son ensemble, il faut s’intéresser à ce qui constitue sa base, à savoir les algorithmes. Ils sont définis comme une suite finie et non ambiguë d’opérations ou d’instructions permettant, à l’aide d’entrées, de résoudre un problème ou d’obtenir un résultat, ces sorties étant réalisées selon un certain rendement (Donald Kuth dans The Art of Computer Programming, 1968). Le développement de ces programmes et la création de la première véritable intelligence artificielle, capable d’apprendre et de prendre des décisions de manière...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner