Innovation

Paiement mobile

Les trésoriers se convertissent aux solutions chinoises

Option Finance - 12 novembre 2018 - Thomas Feat

Trésoriers, Paiement par mobile

Les trésoriers se convertissent aux solutions chinoises

Afin de capter une clientèle asiatique, notamment chinoise, de plus en plus acquise au paiement mobile, un nombre croissant d’enseignes et de magasins français adoptent les solutions de règlement physique par smartphone Alipay et WeChat Pay. Des outils qui leur permettent de générer un chiffre d’affaires additionnel notable, mais qui ne sont pas sans nécessiter, en contrepartie, des investissements techniques importants pour les directions financières.

En novembre 2016, le groupe Printemps devenait le premier commerçant européen à implémenter la solution de paiement mobile chinoise Alipay sur l’ensemble de son parc de caisses, permettant de fait le recours au smartphone en lieu et place des cartes bancaires traditionnelles. Une démarche réitérée un an plus tard avec l’incontournable concurrent WeChat Pay. Depuis, l’initiative a fait des émules : à date, de 2 000 à 2 500 enseignes de tailles plus ou moins grandes, dont Galeries Lafayette, Sephora, Lagardère Travel Retail, Pylones ou le restaurateur Big Fernand, auraient mis en place l’un et/ou l’autre de ces deux moyens de m-paiement physique dans l’Hexagone, selon la fintech Silkpay, maillon de l’écosystème des deux plateformes.

Développées par les colosses du Web Alibaba et Tencent au milieu des années 2000, Alipay et WeChat Pay, aujourd’hui fers de lance mondiaux du m-paiement par lecture de QR Code avec plus de 300 millions de transactions quotidiennes, cumulent à eux deux près d’un milliard d’utilisateurs actifs rien qu’en Chine ! Des utilisateurs de longue date ou «early adopters» qui, voyant leur pouvoir d’achat augmenter et les frontières de leur pays s’ouvrir ces deux dernières décennies, ont afflué massivement vers les destinations touristiques européennes, France en tête. Or ces flux sont appelés à croître de manière très significative dans les prochaines années, puisqu’à horizon 2025 l’Hexagone espère accueillir annuellement quelque 10 millions de visiteurs chinois, contre 2 millions actuellement, dixit Alliance 46.2, association professionnelle réunissant de grands noms du tourisme.

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi