Patrimoine

Parole d'expert

Lyxor Asset Management : un asset manager né pour innover

Family Finance - 26 septembre 2016 - Emmanuel Schafroth

La société de gestion d’actifs Lyxor Asset Management est née en 1998 au sein du groupe Société Générale, qui est toujours sa maison mère. Aujourd’hui d’envergure mondiale avec une présence sur douze marchés, le groupe Lyxor a toujours eu l’innovation financière au cœur de son ADN, s’attachant à apporter des solutions de gestion autant à une clientèle d’investisseurs institutionnels (assureurs, fonds de pension), qu’à des entreprises ou des investisseurs privés (family offices, gestionnaires de fortune).

Lyxor, aujourd’hui implanté sur trois continents et douze marchés différents, gérait ou conseillait près de 115 milliards d’euros d’actifs à fin juin 20161. Dès sa création en 1998, le groupe a eu une vocation internationale qui ne fit que se confirmer au fil des années, notamment au travers d’une implantation américaine depuis la fusion avec SGAM Alternative Investments en 2009 à l’occasion d’une réorganisation des activités de Société Générale. Surtout, l’innovation est littéralement inscrite dans son ADN, avec dès l’origine la création d’une plateforme de comptes gérés permettant à Lyxor de donner aux investisseurs un accès à l’univers des hedge funds avec un niveau de transparence accru.

La gestion alternative est encore aujourd’hui un des piliers de la maison Lyxor, tout comme le sont les fonds indiciels au format ETF («exchange traded funds»), autre pôle d’expertise du groupe, dont la première pierre a été posée dès 2001. Lyxor lance alors le premier ETF répliquant l’indice CAC40, qui reste un produit phare de l’offre Lyxor, avec des encours sous gestion de 3,6 milliards d’euros2. La gamme s’est considérablement enrichie depuis et compte aujourd’hui plus de 200 ETF représentant 46 milliards d’euros d’encours gérés2, ce qui fait de Lyxor le numéro 3 européen du marché, et même le numéro 2 en termes de liquidité3. Dans la gamme Lyxor, les expositions proposées s’étendent des grands indices actions mondiaux (MSCI World, S&P 500, FTSE 100, etc.) à des expositions thématiques ou sectorielles en passant par des indices obligataires ou de matières premières.

Par leur simplicité et leur transparence, les ETF qui permettent d’accéder à une vaste palette de classes d’actifs avec des coûts d’utilisation limités et en bénéficiant d’un format fonds, donc de la protection du cadre réglementaire UCITS, semblent parfaitement aptes à séduire une clientèle de particuliers. Mais force est de constater qu’en Europe, contrairement à ce qui est observé aux Etats-Unis, le développement des ETF reste essentiellement centré (à hauteur de 90 % environ) sur la clientèle des investisseurs institutionnels : assurances, mutuelles, ou encore fonds de fonds utilisant des ETF pour prendre rapidement des expositions ciblées.

Lyxor contribue à la démocratisation des ETF sur le marché européen et français en proposant un accompagnement à la sélection des ETF, soit au travers d’offres de conseil, de mandats ou de gestion pilotée. C’est dans ce sens que va l’offre Unep Sélection Trackers que lance Lyxor, en partenariat avec l’assureur Oradéa Vie et avec l’Union nationale d’épargne et de prévoyance (Unep), une association d’épargnants. Cette offre prend la forme d’un contrat d’assurance-vie 100 % dédié à des supports ETF, qui vient compléter le fonds en euros : Unep Sélection Trackers cible ainsi une enveloppe particulièrement choyée par les Français pour la gestion de leur épargne de long terme. Si elle s’appuie sur les vertus «low cost» des ETF, l’offre ajoute surtout la brique manquante qui explique peut-être l’absence de décollage de ces supports auprès des particuliers, à savoir la gestion pilotée, accessible dès 10 000 euros d’investissement sur le contrat. Là, Lyxor peut s’appuyer sur ses compétences en allocation d’actifs, ce qui constitue son troisième pôle d’expertise.

Le groupe propose aujourd’hui deux types de gestion : une gestion discrétionnaire, de conviction, fondée sur la recherche macroéconomique de Lyxor, et une gestion quantitative, systématique, qui vise à une performance absolue en mettant le pilotage des risques au centre. Ce sont ces dernières qui fourniront le «moteur d’allocation» de l’offre de gestion pilotée du contrat Unep Sélection Trackers. Or, il est reconnu que c’est dans l’allocation, le fait d’être investi ou non dans le marché, que réside l’essentiel d’une performance financière sur le long terme.

L’intérêt d’une telle offre est donc, pour les conseillers en gestion de patrimoine qui seront les distributeurs du contrat, de pouvoir se reposer sur une expertise reconnue en matière d’allocation d’actifs et de dégager du temps supplémentaire pour se consacrer à l’écoute de leurs clients. En fonction des situations, ils pourront les orienter vers une gestion pilotée centrée sur un univers européen ou au contraire avec un spectre d’investissement mondial. Mais l’option pour la gestion libre existe aussi et permettra aux CGP préférant garder la main sur l’allocation de disposer d’une gamme large de stratégies pour la construire, y compris des stratégies «smart beta», qui visent à réduire le risque et/ou à augmenter la performance des indices traditionnels. Ce type d’approche représente aujourd’hui un poids croissant dans les encours gérés par Lyxor et les investisseurs institutionnels sont en train de se l’approprier massivement en Europe. Combiner la bonne enveloppe (l’assurance-vie) et le bon intermédiaire (un CGPI capable de cultiver des relations de proximité et de confiance avec ses clients) : voilà un double atout pour parvenir à démocratiser les techniques financières développées par Lyxor.

1. Source : Lyxor Asset Management, au 30 juin 2016.
2. Source : Lyxor International Asset Management, au 30 juin 2016.
3. Lyxor International Asset Management. Données observées sur la période juillet 2015 - juin 2016.

Questions à Clarisse Djabarri, directrice adjointe ETF et gestion indicielle chez Lyxor

Clarisse Djabbari, directrice adjointe ETF
et gestion indicielle chez Lyxor

 

Clarisse Djabarri a débuté sa carrière en 1995 chez Deloitte comme auditeur financier dans le secteur bancaire. Après une mission au sein de la Société Générale, elle rejoint la banque d’investissement du groupe où elle occupe différents postes au sein le l’activité actions et dérivés actions. Un tremplin parfait vers l’activité ETF de Lyxor qu’elle a rejoint il y a 6 ans et dont elle est aujourd’hui la directrice adjointe.

Le contrat d’assurance-vie Unep Sélection Trackers que vous proposez en association avec l’assureur Oradéa Vie et la plateforme de distribution Unep se fonde sur des ETF. Est-ce vraiment nouveau ?

En réalité, il y a déjà un certain nombre d’années qu’on voit des ETF parmi les UC référencées dans certains contrats d’assurance-vie, notamment ceux proposés par des intermédiaires en lignes comme Boursorama, AltaProfits, Assurancevie.com. Le phénomène a pris de l’ampleur depuis quelques années, les distributeurs y voyant une innovation permettant de se différencier. Mais il y a un monde entre le simple référencement et une collecte réellement significative. En ne fournissant que des briques ETF, les contrats d’assurance-vie risquent de ne séduire qu’une clientèle déjà familière avec ces produits sous d’autres enveloppes, comme le PEA ou le compte-titres.

Justement, en quoi se différencie votre contrat ?

Si on veut vraiment démocratiser l’usage des ETF en assurance-vie, il faut accompagner l’épargnant peu averti, ce que permettra Unep Sélection Trackers. Constitué exclusivement de supports ETF à l’exception du fonds en euros, il va en effet permettre au CGPI distributeur de choisir entre une gestion libre, s’il souhaite piloter lui-même l’allocation d’actifs, et une gestion pilotée fondée sur notre recherche quantitative en matière d’allocation d’actifs. Pour répondre aux préoccupations de différents types d’épargnants, cette gestion pilotée pourra être axée soit sur un univers européen, soit sur un univers mondial, soit encore sur une combinaison des deux. Il s’agit de profils à dominante actions mais avec une flexibilité de gestion, l’idée étant de respecter une cible de volatilité qui suppose d’adapter dynamiquement l’allocation aux conditions de marché. Cette logique de service «clé en mains» a pour ambition de permettre aux CGPI proposant le contrat de se dégager du temps commercial pour être encore plus à l’écoute de leurs clients, tout en se reposant sur la compétence de recherche reconnue de Lyxor. Il s’agit véritablement de mettre à la disposition de particuliers des outils et techniques de gestion jusque-là principalement utilisés par les investisseurs institutionnels.

Quels supports trouvera-t-on à l’intérieur de ce contrat ?

Unep Sélection Trackers proposera dans un premier temps plus de 70 ETF de la gamme Lyxor. Cela inclura des expositions aux principaux indices mondiaux, mais aussi des supports obligataires, matières premières ou des expositions sectorielles. Notre expertise dans le smart beta y sera représentée par des produits dits «minimum variance» permettant de réduire le risque du portefeuille et on y trouvera enfin des ETF «short» construits pour s’apprécier lorsque l’indice sous-jacent baisse.