Les débats Finance et Impact

Les Débats Finance et Impact à l'Institut de France

SAISIR L'OPPORTUNITE DE LA CRISE POUR CHANGER LA MANIERE D'INVESTIR 

8h20-8h30 : ACCUEIL

  • Jean-Guillaume D'ORNANO, président-directeur général, GROUPE OPTION FINANCE 

 

8h30-8h45 : OUVERTURE

  • Xavier DARCOS, chancelier, INSTITUT DE FRANCE 

 

8h45-9h00  : CRISE SANITAIRE ET ÉCONOMIQUE POST-COVID19 : L’URGENCE, PLUS QUE JAMAIS, DE REPENSER NOS MODÈLES SOCIÉTAUX ET ÉCONOMIQUES 

  • Pierre A. CHIAPPORI, professeur d’économie à la COLUMBIA UNIVERSITY, membre de l’ACADÉMIE DES SCIENCES MORALES ET POLITIQUES

 

9h00-10h00  : PLENIERE : CRISE SANITAIRE & GESTION RESPONSABLE : « COTÉ » ET « NON COTÉ » AU SERVICE DE LA FINANCE À IMPACT

L'investissement socialement responsable (ISR) est né dans la gestion d'actifs cotés. Toutefois, depuis l'adoption par les Nations-Unies des Objectifs de développement durable (ODD), les investisseurs ne sont plus seulement appelés à vérifier les bonnes pratiques sociales et environnementales des entreprises où ils investissent, mais plus encore à démontrer leur capacité à générer via leurs investissements un impact positif sur des questions clefs comme le changement climatique.

De plus, en pleine épidémie de coronavirus, la question d'une finance davantage responsable a gagné du terrain. Et pour cause, la crise a mis en lumière plusieurs faiblesses des chaines d’approvisionnement et du modèle établi. Des premières données ont montré que l'investissement responsable a continué à collecter en dépit de la crise sanitaire. En effet, les investisseurs de long terme profitent de la chute des valorisations pour se positionner. Un signe de plus du caractère stratégique de l'ESG pour le secteur de la gestion d'actifs.

  • L’ISR n’étant pas réductible à une définition simple, entre une approche cotée et non-cotée, quelle définition commune adopter ? Quels enseignements retenir du non-coté ? Comment aller au-delà de l’approche « best-in-class » et pousser à la standardisation de l’ESG ?
  • Dans un contexte post-Covid19, quelles pourraient être les tendances émergentes ou les impacts durables de la crise sanitaire et économique sur la valorisation des sujets ESG ?
  • Comment la gestion d’actifs « non cotés » et l’impact investing peuvent-ils donner une impulsion au « green deal européen » ? (Exemple : les fonds verts européens)
  • ISR vs ESG vs RSE : Comment ce triptyque permet-il d’atteindre les ODD ?
  • La « démarche label » répond-elle aux besoins de transformation ?

Intervenants :

  • Pierre ABADIE, Co-Head Energy Transition Practice - Private Equity - Executive Director, TIKEHAU CAPITAL 
  • Laure DELAHOUSSE, directrice générale adjointe de l’AFG 
  • Sylvie MALÉCOT, directeur, AF2i
  • Alexis MASSE, inspecteur des finances, délégué stratégie, GRDF et président, FORUM POUR L'INVESTISSEMENT RESPONSABLE 
  • Modération : Isabelle GUENARD-MALAUSSENE, présidente du comité du label FINANSOL

 

10h00-10h20 : ETUDE DE CAS 

COMMENT DÉPLOYER DES FONDS D’IMPACT DANS UN CONTEXTE MONDIAL TENDU ET MOUVANT ?

  • Comment les fonds d'investissement à impact participent-ils à la promotion de la croissance et de l'emploi dans les pays en développement ?
  • En matière environnementale, quelle stratégie mettre en place pour activer les leviers de l’inclusion financière dans les pays émergents n’ayant pas accès au financement ?
  • Quelles sont les conséquences de la crise sanitaire et économique sur l’impact investing notamment en termes de rentabilité et d’attractivité ?

Intervenants :

  • Boris Davet, Fund Analyst, ABN AMRO Investment Solutions
  • Sébastien Duquet, Chief Investment Officer, Symbiotics 

 

10h20-10h40 : KEYNOTE SPEAKER : COMMENT POSITIONNER LA FRANCE COMME UN ACTEUR MAJEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ?

 

10h40-10h55 : PAUSE/NETWORKING

 

10h55-11h15 : ETUDE DE CAS : FINANCER LE DÉVELOPPEMENT D’ENTREPRISES SOCIALES ET SOLIDAIRES 

  • Mathieu AZZOUZ, Impact investing portfolio manager, AMUNDI

 

11h15-11h30 : KEYNOTE SPEAKER : COMMENT ALLIER RISQUE, RENDEMENT ET IMPACT ?

  • Sir Ronald COHEN, président du Portland Trust et de Bridges Ventures 

 

11h30-11h50 : ETUDE DE CAS : COMMENT FAIRE DE L’ÉCONOMIE CIRCULAIRE UNE PRIORITÉ DU PLAN DE RELANCE POST-COVID19 ?

La crise sanitaire de ce début d’année, de par ses nombreuses conséquences socioéconomiques, a remis en question notre système de croissance et de consommation, d’où l’importance de repenser notre modèle économique. A ce titre, l’économie circulaire, en permettant d’assurer une croissance durable, une bonne santé et des emplois décents, tout en préservant l’environnement et ses ressources naturelles, permet d’apporter une réponse claire à ces nombreux défis. En effet, le passage d’une économie linéaire (extraire, fabriquer, jeter) à une économie circulaire (renouveler, refabriquer, partager) contribue de manière significative à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD).

  • Dans quelle mesure la transition vers une économie circulaire offre-t-elle une occasion unique d’engranger d’importants bienfaits sanitaires à la fois directs (pour les systèmes de soins de santé) et indirects (réduction des impacts négatifs sur l’environnement) ? Comment l’économie circulaire permet-elle de pondérer la croissance selon les marqueurs écologiques ?
  • Alors que les initiatives en matière de développement durable se multiplient, quels sont les freins à lever pour soutenir les investissements dans l’économie circulaire ?
  • L’économie circulaire risque de disrupter de nombreux secteurs d’activité, comment anticiper ces changements ? 

Intervenants :

  • Nicolas BENETON, Senior Client Portfolio Manager, ROBECO SAM
  • Hortense BRUNIER ERAUD, directrice économie circulaire et développement durable, GIMÉLEC
  • Modération : Cécile EZVAN, PhD Research Fellow, Circular Economy & Sustainable Business Models Chair ESCP Europe 

 

11h50-12h50 : PLÉNIÈRE : SOCIAL IMPACT BONDS, GREEN BONDS, TRANSITION BONDS…QUELLES INNOVATIONS DU MARCHÉ OBLIGATAIRE POUR RÉPONDRE AUX ENJEUX SOCIAUX ET ENVIRONNEMENTAUX ?

La transition requiert de nouveaux outils financiers afin d'accélérer l'émergence d'industries vertes et de soutenir les industries qui transforment leur modèle économique. Quelle est la meilleure façon de mobiliser les marchés des capitaux pour faire face aux éventuelles crises écologiques, sociales voire sanitaire ?

  • Comment différencier et choisir entre les « obligations durables » qui existent sur le marché ?

  • Que faut-il aujourd’hui pour que les portefeuilles d’« obligations durables » se développent ?

  • Ces titres dits durables ont-ils véritablement une rentabilité équivalente à celle des obligations classiques ?

  • Comment s’assurer que les titres achetés soient à la hauteur de standards ?

Intervenants :

  • Anne CHASSAGNETTE, Chief Sustainable Officer, ENGIE, CEO of THE IMPACT FUND – Rassembleurs d’Energies & member of the EUROPEAN ECONOMIC AND SOCIAL COMMITTEE 
  • Philippe MILLS, directeur général, SFIL
  • Jean-Baptiste MOREL, responsable de la recherche ESG, ARKÉA IS 
  • Modération : Gregory SCHNEIDER-MAUNOURY, professeur, UNIVERSITÉ SORBONNE PARIS NORD, CEO, DÉFIS IMPACT 

  

13h00-14h00 : Verre de clôture / networking

INSCRIPTION