Lettres professionnelles

Juin 2015

Louis Vuitton : quand la lutte contre la fraude devient une responsabilité transverse dans l’entreprise

Un tandem DAF – Directeur du contrôle interne pour lutter efficacement contre la fraude ? Jean-Christophe Vincey, Directeur Financier EMEA, et Timothy de Chaisemartin, Directeur du contrôle interne et Organisation chez Louis Vuitton, témoignent de cette bonne pratique et de leurs échanges réguliers pour protéger les actifs de l’entreprise.


Quelles actions avez-vous mises en place pour lutter contre la fraude ?


Jean-Christophe Vincey, directeur financier, EMEA, Louis Vuitton
: Nous sensibilisons régulièrement nos directeurs de magasins au sujet de la fraude, en intégrant des éléments de prévention dans le manuel de gestion des magasins. Nous intégrons aussi ce thème dans des formations ou lors de réunions internes. Cette problématique doit être portée et comprise par le management local pour être combattue de façon efficace.

Timothy de Chaisemartin, directeur du contrôle interne et Organisation, Louis Vuitton : Les équipes changent : il faut donc renouveler ce type de sensibilisation de manière récurrente. Nous menons en parallèle une politique de prévention des conflits d’intérêt, pour que nos collaborateurs déclarent les cadeaux reçus et puissent a minima nous alerter de situations conflictuelles. Nous participons à un reporting mensuel des fraudes via la direction de l’audit interne du groupe LVMH. Cela permet d’avoir une veille permanente et partagée avec les différentes marques du groupe. Enfin, l’audit interne n’intervient pas que dans le contrôle mais aussi dans la prévention, pour alerter les équipes sur les risques encourus et les aider à avoir les bons réflexes.


Quels conseils donneriez-vous pour se protéger de la fraude ?

Jean-Christophe Vincey : Les procédures sont indispensables mais il ne faut pas oublier l’humain. Il est déterminant de rappeler régulièrement les règles de base, en faisant un effort de pédagogie et de communication. Il faut aborder ces sujets de manière simple et très opérationnelle.

Timothy de Chaisemartin : La fraude est une responsabilité partagée dans l’entreprise avec les directions financières, commerciales et avec la direction des systèmes d’information qui fait régulièrement des tests d’intrusion dans nos systèmes pour en mesurer la robustesse. La confidentialité des données est primordiale car il ne faut pas oublier que l’accès aux informations de l’entreprise facilite ensuite les actions des fraudeurs.