Actualités

Placements de trésorerie

Les dépôts bancaires des entreprises sous pression

17 avril 2015 - optionfinance.fr

Alors que des grands groupes ont récemment vu quelques-unes de leurs banques françaises soit refuser leurs dépôts, soit appliquer à ces derniers des rendements négatifs, cette situation pourrait progressivement se généraliser. Une perspective qui s’explique notamment par les contraintes réglementaires s’appliquant aux établissements bancaires. Dans le cadre du ratio de liquidité de court terme (LCR), ceux-ci doivent en effet détenir un volant d’actifs hautement liquides, leur permettant de faire face à des sorties de capitaux pendant trente jours. «Les dépôts corporate constituent, avec les dépôts des institutions financières, l’une des classes du passif les plus volatiles en cas de pic de stress sur les marchés, indique Alex Koagne, analyste en charge des banques chez Natixis. Face à un tel scénario, il est ainsi considéré dans le LCR que 40 % des dépôts corporate – et 100 % de ceux des institutions financières – sortent du bilan de la banque, tandis que les dépôts des particuliers font l’objet d’une sortie de moins de 10 %.»

Une caractéristique qui, dans l’environnement actuel de taux négatifs, se révèle pénalisante. «Afin d’optimiser leur rentabilité, les banques cherchent à optimiser la gestion de leur ratio LCR, poursuit Alex Koagne. Du côté de l’actif, elles sont incitées à s’orienter vers des produits qui rémunèrent davantage. Du côté du passif, cette stratégie implique de limiter le recours aux ressources moins attractives du point de vue du ratio LCR, comme les dépôts corporate.» L’opportunité d’appliquer des rendements négatifs à ces derniers est actuellement débattue au sein des comités exécutifs de plusieurs banques françaises.