Allocation

Jeffrey Taylor, Invesco Perpetual

«Il faut faire attention aux multiples»

Funds Magazine - Octobre 2017 - Propos recueillis par Pierre Gelis

Fonds actions

"Finalement, le marché est schizophrène parce qu’il accepte des multiples très élevés dans certains secteurs et qu’en même temps, pour d’autres secteurs, comme l’énergie, les multiples restent déprimés alors qu’ils présentent une meilleure exposition positive à ce qui pourrait se passer dans les mois à venir. "

Quelle méthode de valorisation vous semble efficace dans notre environnement de taux d’intérêt négatifs ?

Les outils de valorisation classiques sont toujours valables car, fondamentalement, rien n’a changé, nous sommes toujours dans le même monde et les entreprises n’ont pas changé. Cependant, les multiples de valorisation accordés à certains secteurs me semblent exagérés. Tel est le cas des valorisations atteintes dans le segment aliments et boissons. Dans l’environnement actuel de taux d’intérêt très bas ou négatifs, s’appuyer sur le fait qu’il s’agit d’un secteur très stable en matière de bénéfices et de cash-flow propulse les ratios cours-bénéfices vers 20, 25, 35 fois, ce qui me semble farfelu. Je me méfie beaucoup des tentatives de me convaincre de surpayer une action parce qu’elle serait censée se comporter comme une obligation.

Qu’est-ce qui vous choque le plus ?

Il faut faire attention aux multiples que la Bourse accorde, mais pas nécessairement aux outils dont on se sert. Finalement, le marché est schizophrène parce qu’il accepte des multiples très élevés dans certains secteurs et qu’en même temps, pour d’autres secteurs, comme l’énergie, les multiples restent déprimés alors qu’ils présentent une meilleure exposition positive à ce qui pourrait se passer dans les mois à venir. En théorie, on accorde une prime à la sécurité. C’est logique de surpayer la visibilité lorsque la croissance reste faible, que la progression des bénéfices stagne. Mais maintenant l’économie s’est rétablie et les bénéfices augmentent, si bien qu’il n’est plus logique de surpayer la croissance des bénéfices.

Dans votre processus de gestion, comment déterminez-vous le nombre d’idées nécessaire à la construction du portefeuille ?

Nous avons habituellement...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner