Allocation

Marc Sartori, fondateur et chief executive officer du comparateur de SCPI Deeptinvest

«Comme tout placement financier, la SCPI requiert une implication des investisseurs.»

Funds Magazine - 7 mai 2020 - Propos recueillis par Audrey Corcos

SCPI, Immobilier

Outre le report à nouveau, quels sont les indicateurs des SCPI à regarder de près face à la crise du coronavirus ?

Le taux d’occupation financier, TOF, est essentiel. Si ce taux était limité à 70-80 % avant la crise, il est probable qu’il diminue, ce qui pourrait mettre en difficulté le fonds. 

Autre élément important : le taux d’exposition de la SCPI aux emprunts. D’après notre baromètre de l’an dernier, basé sur les chiffres 2018, ce taux (qui compare les emprunts à la capitalisation) atteignait environ 10 % pour l’ensemble des SCPI. De fortes disparités étant constatées selon les fonds. Ceux qui doivent supporter une charge d’emprunt importante tout en subissant une baisse de loyers seront les plus en difficulté. Le patrimoine des SCPI est également à examiner : celles qui ont le plus investi dans les commerces seront forcément fragilisées. Un risque de faillite en cascade existe pour les petits commerces, dont la trésorerie a déjà été impactée par le mouvement des gilets jaunes et les grèves. Fin 2018, la capitalisation des SCPI détenant des actifs de commerce (en partie ou en totalité) s’élevait à 18 milliards d’euros, à comparer avec une capitalisation globale de 54 milliards pour l’ensemble des SCPI (de rendement et fiscales). La valeur comptable de leur patrimoine exclusivement commercial s’établissait à 7 milliards d’euros, versus 25 milliards pour les bureaux, soulignant un impact global assez limité.

Il ne devrait pas y avoir de risque de liquidité, car les investisseurs sont conscients que détenir des parts de SCPI implique un investissement long. Les durées de détention tournent en moyenne autour de quinze-vingt ans. Les frais et charges élevés limitent aussi les risques de sortie brutale des épargnants.

Quel est l’apport de votre méthodologie ?

Nous avons mis en place deux algorithmes. Le...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Pierre Leroy, président de la French Proptech et co-fondateur de la start-up EP, fournisseur de données immobilières

«Le monde de l’asset management devra se transformer.»

Benoît Le Pape, responsable obligations convertibles de Schelcher Prince Gestion

L’environnement de marché est favorable aux obligations convertibles