Asset Management

Pascal Dudle, gérant, Vontobel Fund-Clean Technology

« Vers une mesure de plus en plus fine de l’impact »

Funds magazine - 30 avril 2021 - Vontobel

Concilier la recherche de performance financière et un impact positif sur l’environnement, tel est le double objectif du Vontobel Fund-Clean Technology.

Le fonds Vontobel-Clean Technology affiche un long track record…

Ce fonds à impact a effectivement été lancé en novembre 2008, avec l’idée d’agir contre les effets négatifs que l’activité économique comporte pour l’environnement. Si cette thématique est actuellement très à la mode, elle est loin d’être nouvelle : le changement climatique et la raréfaction des ressources naturelles sont des sujets de préoccupation depuis de nombreuses années. Simplement, la pression s’accentue pour faire bouger les lignes, sous l’effet conjugué d’un alignement des politiques publiques en matière environnementale – dans l’Union européenne, mais aussi en Chine et aux Etats-Unis aussi, désormais – et de la demande croissante des consommateurs de produits responsables. Autre élément de soutien : les nouvelles technologies, plus « propres » – comme les LED dans le domaine de l’éclairage –, sont aujourd’hui plus compétitives que les technologies conventionnelles. Tous ces éléments conjugués ouvrent donc des opportunités d’investissement.


Quel est l’objectif poursuivi par le fonds ?

Le fonds Vontobel-Clean Technology a, depuis le début, deux objectifs : fournir un impact positif intentionnel et mesurable sur l’environnement et délivrer une performance supérieure à celle du MSCI World.

Depuis 2016, déjà, nous calculons les émissions de CO2 potentiellement évitées par nos investissements, complétant ainsi la déclaration de l’empreinte carbone classique du portefeuille. Et, depuis 2019, nous produisons un rapport d’impact avec de plus amples indicateurs de performances clés pour mesurer l’efficacité de nos investissements sur l’environnement. Notre but est d’introduire progressivement de nouveaux indicateurs afin de quantifier cet impact de plus en plus finement, au fur et à mesure que les entreprises publieront davantage de données et que les standards de mesure évolueront. Nous considérons donc que le fonds Vontobel-Clean Technology permet véritablement de participer positivement à la transition climatique, tout en offrant un alpha attractif sur des moyennes et longues périodes, illustrant la robustesse et la consistance du processus d’investissement.


Quelles sont les activités dans lesquelles vous investissez ?

De manière générale, le fonds Vontobel-Clean Technology promeut les énergies renouvelables, l’efficacité énergique ainsi que l’eau potable et le recyclage. Notre univers d’investissement s’articule autour de six sous-secteurs liés à l’environnement – qui correspondent aux objectifs de développement durable des Nations unies numéros 6, 7, 9, 11, 12 et 13 –, dans lesquels de nouvelles technologies font leur apparition : la qualité de l’eau, les transports à faibles émissions, les infrastructures d’énergie propre, les technologies intelligentes dans le bâtiment, la gestion du cycle de vie des produits et les solutions d’efficacité énergétique dans l’industrie.


Le fonds répond à une gestion de conviction. Comment sélectionnez-vous les valeurs ?

Le portefeuille est concentré autour d’une soixantaine de valeurs en moyenne. Nous recherchons les entreprises qui ont une exposition significative aux sous-secteurs d’activité précédemment évoqués. Nous procédons ensuite à leur analyse financière. L’idée est de déterminer si les technologies qu’elles proposent bénéficient d’une demande croissante et si elles offrent de ce fait des perspectives attrayantes en matière de progression des marges, de génération de cash-flows, etc. Précisons que nous n’investissons pas dans les sociétés qui sont à un stade précoce de développement, mais seulement dans celles qui disposent déjà d’une technologie viable. L’ESG est partie prenante de notre processus de gestion. Nous écartons donc les entreprises qui font l’objet de controverses sévères ou qui seraient particulièrement mal notées sur des critères ESG. 

À lire aussi

Nathaele Rebondy, head of sustainability – Europe, Schroders

« Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage… »

Interview - Alexandre Gautier, secrétaire général adjoint et Benjamin Bonnin, expert en investissement responsable à la Banque de France

« La Banque de France analyse l’impact de sa stratégie d’investissement sur la biodiversité »