Sélection de fonds

Actions

Dorval Manageurs Europe

Funds Magazine - Juin 2019 - Marianne Di Meo

Dorval Manageurs Europe

Dorval Manageurs Europe est un fonds de stock picking, dont la sélection des titres est basée sur l’analyse concrète de la qualité des dirigeants et du tandem «manageur-entreprise», afin d’identifier ceux qui sont susceptibles d’offrir aux actionnaires un supplément de croissance dans la durée.

Pourquoi investir dans ce fonds ?

Selon Dorval AM,  les sociétés qui intègrent le portefeuille présentent un potentiel de croissance des bénéfices nettement supérieur à celui de leurs comparables et/ou aux attentes des analystes, et affichent des multiples de valorisation boursière attrayants au regard de ce potentiel de croissance.
Cette stratégie est éprouvée depuis de nombreuses années. La gamme Dorval Manageurs comprend en effet cinq fonds, dont le premier – qui a été lancé en 2005 et qui est centré sur la France – est noté cinq étoiles par Morningstar1 sur trois, cinq et dix ans.
L’univers d’investissement de ce fonds éligible au PEA est très large, puisqu’il peut investir dans l’ensemble de l’Europe, y compris au Royaume-Uni et dans toutes les tailles de capitalisations boursières. «Cette latitude que nous avons nous permet de nous positionner très en amont sur de beaux dossiers, se félicite Stéphane Furet, directeur général de Dorval Asset Management et co-gérant du fonds. C’est par exemple le cas avec Solutions 302, qui fournit des solutions liées aux nouvelles technologies. Notre investissement a été multiplié par six depuis que nous sommes positionnés sur le titre.»

Le processus de gestion

Le processus de gestion commence par une analyse macroéconomique. L’équipe de gestion de Dorval Asset Management, composée au total de dix collaborateurs, compte trois allocataires.
Avec ce scénario central en tête, les gérants identifient les thématiques d’investissement qui vont bénéficier d’un surcroît de croissance. Ces thématiques sont transversales et peuvent donc profiter simultanément à plusieurs secteurs (à titre d’exemple, la numérisation de l’économie concerne à la fois les activités de services, la consommation, l’industrie 4.0, etc.).
L’étape suivante consiste à appliquer le filtre «manageurs», dont le fonds tire son nom. L’objectif est de trouver les dirigeants capables de générer un surcroît de croissance mais aussi de rentabilité par rapport aux attentes des analystes. Ceux-ci sont donc jugés à la fois sur leurs qualités de développeurs (clairvoyance stratégique, sens de l’innovation, capacité d’adaptation, maîtrise de la croissance externe, etc.) et sur leurs qualités de gestionnaires (culture de la marge, respect des engagements financiers…). «Pour ces deux premiers critères de sélection, la note attribuée est la moyenne des notes données par les sept membres du comité interne (quatre gérants actions européennes et trois analystes buy-side), détaille Stéphane Furet. Depuis cette année, nous avons introduit un troisième critère, le respect des principes environnementaux, sociétaux et de gouvernance (ESG), pour lequel nous nous appuyons sur deux prestataires, ISS (Institutional Shareholder Services) et Vigeo.» Les qualités de développeurs et de gestionnaires comptent chacune pour 40 % de la note globale, et les critères extra-financiers représentent les 20 % restants.
A noter : les dirigeants sont classés en quatre catégories : les bâtisseurs (la catégorie reine, qui regroupe les manageurs ayant un projet de long terme), les dauphins, les héritiers et les parachutés.
400 dirigeants figurent dans la base de l’équipe de gestion, et cette dernière établit chaque année environ 600 contacts avec des équipes dirigeantes.
Dernière étape du processus : les gérants, qui suivent une approche GARP, sélectionnent les entreprises présentant le meilleur couple croissance des profits/valorisation.
Ce processus aboutit à la construction d’un portefeuille concentré comprenant en moyenne une quarantaine de valeurs. «Dorval Manageurs Europe étant un fonds à convictions fortes, il est investi dans un nombre limité de titres», justifie Stéphane Furet.

La société de gestion

Dorval Asset Management est une société de gestion entrepreneuriale dirigée par Stéphane Furet, directeur général, et Louis Bert, directeur général délégué, qui ont chacun une expérience de plus de vingt-cinq ans des marchés financiers. 49,9 % du capital sont détenus par les dirigeants et les salariés, et 50,1 % par Natixis Investment Managers, dans le cadre d’un partenariat de distribution. Au 29 mars 2019, Dorval Asset Management gérait plus de 2,1 milliards d’euros en OPCVM et mandats de gestion.
L’équipe de 25 collaborateurs, à taille humaine, applique une gestion active et de conviction. Elle dispose d’une double compétence en allocation d’actifs et en stock picking, et d’une expertise reconnue en matière de stratégies flexibles (à travers la gamme de fonds Dorval Convictions) et sur les actions européennes (gamme Dorval Manageurs).

1. Toute référence à un classement, une notation ou une récompense ne donne aucune garantie quant à de futurs résultats sur les performances et n’est pas constante dans le temps.
2. En fonction des anticipations de l’équipe de gestion. Les analyses et les opinions mentionnées dans le présent document représentent le point de vue de l’auteur référencé. Elles sont émises à la date indiquée, sont susceptibles de changer et ne sauraient être interprétées comme possédant une quelconque valeur contractuelle.
3. Les exemples cités reposent sur la base d’analyses propres à Dorval AM en date du 06/05/2019. Ils ne constituent pas un engagement ou une garantie. Cette dernière se réserve la possibilité de faire évoluer ses analyses.

Les convictions de l’équipe de gestion

Le gérant
Stéphane Furet est fondateur et directeur général de Dorval Asset Management.
Diplômé de l’ESLSCA Business School en 1985, puis du Centre de formation à l’analyse financière en 1990, il a officié pendant treize ans chez Oddo et Cie en tant que conseiller d’investissement sur les actions européennes auprès d’une clientèle institutionnelle. Il a créé Dorval Asset Management en 2004, afin de proposer aux clients une gestion de fonds fidèle à ses convictions.
Il gère le fonds Dorval Manageurs Europe avec Louis Bert, directeur général délégué en charge des gestions de Dorval AM.


Quel scénario central retenez-vous pour 2019 ?

Nous n’avons jamais cru au scénario catastrophe et nous sommes positifs sur les marchés depuis la fin de l’année dernière, ce qui allait alors contre la tendance. De fait, il n’y a pas d’inflation, la croissance mondiale se tient (elle reste correcte aux Etats-Unis et accélère dans les pays émergents), les taux d’intérêt restent bas et les chiffres d’affaires publiés au titre du premier trimestre sont plutôt bons. Des révisions en hausse des prévisions de résultats pourraient d’ailleurs intervenir à partir de cet été. En outre, même après le rallye boursier du début d’année, les valorisations restent dans la moyenne de long terme.

Êtes-vous confiants dans les perspectives du fonds ?

L’année dernière a été très compliquée pour les gestions de conviction comme la nôtre. Alors que nous avions bien anticipé tous les grands événements macroéconomiques négatifs au cours des années passées, nous avons été pris à revers, en 2018, par les conséquences des événements géopolitiques sur les marchés et par l’aversion au risque des investisseurs, qui s’est transformée en peur panique au dernier trimestre.
Néanmoins, notre processus de gestion, qui est robuste et a fait ses preuves, a repris ses droits depuis le début de l’année, et le fonds affiche une performance de 20 % depuis le 1er janvier. Nous restons très positifs pour le reste de l’année.

Quelles thématiques d’investissement privilégiez-vous ?
Parmi les tendances de long terme, citons la numérisation de l’économie, qui compte pour 20 % dans le portefeuille (Solutions 30, Wirecard ou la société autrichienne S&T3 pour le boom des objets connectés). Tablant sur une amélioration de la conjoncture dans l’ensemble des zones géographiques, nous jouons également le couple matières premières/pétrole (même si la perspective d’une stabilisation du prix du baril nous incite à alléger nos positions sur ce dernier secteur). Nous misons également sur la bonne tenue de la consommation en Europe (environ 10 % du fonds), à travers le voyagiste TUI et la Fnac, par exemple. Enfin, de manière plus contrariante, nous sommes positionnés sur les valeurs financières (autour de 15 %). Signalons également que nous avons actuellement en portefeuille des valeurs «hors thématiques», dans le BTP et le secteur industriel allemands, par exemple, ces dernières ayant été injustement massacrées en fin d’année dernière.

Rechercher un autre fonds

Autres fonds gérés par cette société

Fonds diversifié

Dorval Convictions