Sélection de fonds

Actions

Energy Transition

Funds magazine - 31 décembre 2020

Actions, Tikehau

Tikehau Investment Management est une société de gestion de Tikehau Capital, un groupe de gestion d’actifs et d’investissement qui gère 25,4 milliards d’euros (au 31 mars 2020) et dispose de 3,1 milliards d’euros de fonds propres (au 31 décembre 2019).

Le fonds de private equity Energy Transition de Tikehau Capital a pour objectif de répondre à l’urgence climatique et de contribuer à l’accord de Paris, à travers des investissements favorisant une réduction des émissions de gaz à effet de serre. La stratégie du fonds, qui se veut très pragmatique, est basée sur les observations et sur les recommandations du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), qui insiste sur la nécessité de réduire sans tarder les émissions de CO2 pour que le réchauffement climatique n’excède pas 1,5 à 2 °C.

De manière concrète, la sélection des investissements repose sur trois piliers principaux : l’efficacité énergétique – en s’appuyant sur une approche systématique visant à identifier les sources d’émissions importantes de CO2 et les solutions pour optimiser la consommation d’énergie qui en est à l’origine –, la pénétration des énergies renouvelables et la mobilité bas carbone. «Grâce à cette approche ciblée, le payback CO2 du portefeuille est de deux à trois ans seulement», précise Pierre Abadie, Co-Head Private Equity Energy Transition Strategy  de Tikehau Capital et co-gérant du fonds aux côtés de Mathieu Badjeck. Le fonds peut également investir de manière opportuniste dans d’autres thématiques (agriculture, biodiversité, etc.), pourvu qu’elles soient en lien direct avec les préoccupations climatiques. En plus du filtre climat, les investissements doivent également répondre au filtre financier classique du private equity, leur objectif de rendement brut devant atteindre 25 %. «L’impact ne doit pas se faire au détriment du retour», insiste Pierre Abadie.

Les investissements, réalisés à l’échelle paneuropéenne, se font majoritairement à travers des augmentations de capital, avec l’idée que le renforcement des capitaux propres des entreprises consolide leur capacité à développer des projets. Sont prioritairement ciblées les PME qui sont leaders sur leur marché domestique et commencent à s’internationaliser, et dont l’Ebitda est compris entre 10 et 50 millions d’euros.

L’organisation de l’équipe de gestion est un atout de premier plan pour sélectionner les dossiers. Cette dernière compte à la fois des professionnels du private equity, qui apportent leur expertise financière, et des collaborateurs qui, de par leurs expériences professionnelles passées en lien avec la transition énergétique, apportent leurs connaissances techniques. A signaler : l’équipe de gestion, tout en restant parfaitement autonome et indépendante dans ses choix d’investissement, s’appuie également sur l’expertise en matière de transition énergétique des collaborateurs du groupe Total, qui est sponsor du fonds.

3 questions à Pierre Abadie, co-gérant du fonds chez Tikehau Capital

Quelle est aujourd’hui la taille du fonds ?

Au 31 décembre 2019, nous avions levé 510 millions d’euros. Nous avons continué à collecter des fonds depuis lors, la dynamique s’étant même amplifiée avec la crise sanitaire. Certains risques se sont effectivement matérialisés ces derniers mois, ce qui a eu pour effet d’accélérer la transition énergétique. En effet, la crise générée par le Covid-19 a été le révélateur de la criante nécessité d’accélérer dans ce domaine et a de fait permis une prise de conscience collective des failles systémiques de notre économie. Il semble aujourd’hui évident à tous que les solutions à mettre en place au plus vite pour rendre notre monde plus résilient aux pandémies passent par le développement d’une économie plus locale, plus circulaire, plus efficace et énergétiquement autonome. Et ce sont précisément ces développements qui permettront de répondre au besoin immédiat de réduction des émissions de CO2 afin de limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C à terme.

Combien d’investissements avez-vous déjà finalisés ?

En dix-huit mois, nous avons réalisé six opérations pour un montant total de 440 millions d’euros. En France, nous sommes entrés au capital de GreenYellow, qui intervient notamment pour améliorer l’efficacité énergétique des magasins, par exemple en installant des portes sur les réfrigérateurs dans les supermarchés. Nous avons également investi dans le groupe Rougnon, spécialisé dans la rénovation énergétique des bâtiments à Paris et en région parisienne. Toujours dans le domaine de l’efficacité énergétique, des usines, cette fois-ci, nous sommes devenus actionnaires du groupe irlandais Crowley Carbon. En ce qui concerne les énergies renouvelables, nous avons investi dans le producteur d’énergie solaire Amarenco, ainsi que dans le spécialiste des chaudières à biomasse espagnol Enso. Enfin, en matière de mobilité bas carbone, nous sommes devenus actionnaires d’EuroGroup, en Italie, qui fournit des moteurs pour les véhicules électriques.

Et en ce qui concerne les nouveaux projets ?

Etant désormais reconnus comme des experts de la thématique de la décarbonisation, nous sommes régulièrement sollicités par des familles ou des managers. Notre pipeline est donc bien rempli, puisque nous suivons en permanence dix à quinze dossiers. Des discussions sont en cours sur les sujets de la mobilité bas carbone et de la fourniture d’énergie verte directement au consommateur final et, de manière un peu plus opportuniste, sur la thématique de la chaîne alimentaire – l’agriculture en général et la production de viande en particulier émettant beaucoup de gaz à effet de serre.

Rechercher un autre fonds

Autres fonds gérés par cette société