Sélection de fonds

Actions

LFIP Actions Euro

Investi dans les actions de la zone euro, le fonds LFIP Actions Euro (ex-LFP Actions Euro ISR) propose aux investisseurs une philosophie d’investissement durable par une approche unique et innovante sur la base du constat suivant...

Pourquoi investir dans ce fonds ?

«Les entreprises sont aujourd’hui confrontées à de grandes tendances mondiales, comme les enjeux démographiques, de nouvelles habitudes de consommation, la raréfaction des ressources naturelles, des besoins croissants en infrastructures ou encore les évolutions technologiques qui bouleversent en profondeur leur environnement concurrentiel, explique Ronald Petitjean, le gérant du fonds. Parallèlement, les parties prenantes que sont les salariés, les régulateurs ou les clients, sont de plus en plus exigeantes et impliquées car très bien informées. L’analyse financière doit alors être renforcée par une recherche extra-financière plus stratégique afin d’identifier les sociétés les mieux gérées et les plus pérennes.»
Convaincue de la nécessité de faire évoluer son approche ISR traditionnelle «best in class», La Française intègre désormais à son processus de gestion actions une philosophie d’investissement stratégique de long terme dénommée «SAI».

La société de gestion a pour cela noué un partenariat fin 2013 avec Inflection Point Capital Management (IPCM). Créée en 2009 par Matthew Kiernan, le fondateur d’Innovest – société reconnue pour son expertise en matière de recherche durable et rachetée en 2009 par MSCI –, cette «boutique» britannique s’est consacrée à la recherche et au développement d’outils, au-delà des critères ESG traditionnels, permettant d’identifier les sociétés disposant de la meilleure gouvernance stratégique et donc capables d’affronter avec succès les grandes évolutions structurelles. IPCM a ainsi développé un modèle propriétaire, le «strategically aware investing» (SAI), qui met notamment l’accent sur deux facteurs différenciants, absents de l’analyse extra-financière traditionnelle mais indispensables pour une stratégie de croissance durable : la capacité d’innovation des entreprises et leur adaptabilité/réactivité aux changements structurels. Ce modèle est désormais intégré au processus de gestion du fonds LFIP Actions Euro sur la base d’une collaboration permanente entre les analystes d’IPCM et l’équipe de gestion de La Française.

Le processus de gestion

Le processus de gestion de LFIP Actions Euro repose sur une analyse purement «bottom-up». Partant d’un univers composé de quelque 550 titres dans la zone euro, la sélection de valeurs se déroule en trois étapes : la définition de l’univers «investissable» au travers d’une approche quantitative ; sa réduction à une «liste cible» de valeurs sur la base d’une approche fondamentale ; la construction d’un portefeuille composé des 40 à 50 plus fortes convictions. «Chacune de ces étapes d’analyse et d’investissement repose sur une double analyse collégiale intégrant l’expertise de La Française en analyse financière et extra-financière et l’analyse stratégique d’IPCM à chaque étape du processus de décision», précise Ronald Petitjean.

Pour correspondre aux critères SAI, les sociétés doivent afficher des fondamentaux financiers solides, disposer d’une équipe dirigeante dotée d’une vision stratégique de long terme et répondre aux modèles d’analyse des cinq facteurs – la durabilité environnementale, la bonne gestion des parties prenantes, la préservation du capital humain, l’adaptabilité et enfin l’innovation –, mais également s’inscrire dans une vision des grands enjeux et tendances mondiales, tels que l’urbanisation, la gestion des ressources énergétiques, le climat, l’eau… «Le concept SAI propose donc une intégration totale des perspectives financières, ESG et stratégiques de long terme en amont et à chaque étape du processus de gestion, résume Ronald Petitjean. Néanmoins, il est primordial d’enrichir cette analyse stratégique par un contact direct et régulier avec les entreprises. Nous rencontrons ainsi entre 250 et 300 sociétés par an afin de confronter notre analyse sur le terrain et de valider nos choix d’investissement.»

La société de gestion

Ancrée dans quatre pôles d’activité – valeurs mobilières, immobilier, solutions d’investissements et incubation –, La Française déploie son modèle multi-affiliés, auprès d’une clientèle institutionnelle et patrimoniale, tant en France qu’à l’international. Forte de ses 480 collaborateurs, La Française gère plus de 42 milliards d’euros d’actifs à travers ses implantations à Paris, Francfort, Hong Kong, Londres, Luxembourg, Madrid et Milan. Tout en bénéficiant d’une totale indépendance dans l’exercice de ses métiers, La Française possède un actionnariat solide et original combinant la présence d’un actionnaire bancaire de référence, le Crédit Mutuel Nord Europe, et celle des dirigeants et salariés du groupe. La filiale du groupe La Française nouvellement dénommée «La Française Inflection Point», issue d’une joint-venture entre La Française et IPCM, porte désormais l’ensemble de l’expertise actions.

Les convictions du gérant, Ronald Petitjean, LFIP Actions Euro

Ronald Petitjean, gérant de LFIP Actions Euro
Ronald Petitjean

Ronald Petitjean (quinze années d’expérience) gère le fonds LFIP Actions Euro depuis sa création en 2000, alors sous le nom de Sarasin Euro Expansion Durable. Il gère également des mandats de gestion ISR pour des clients institutionnels ainsi que le fonds CMNE Participation actions. Ronald Petitjean a rejoint Sarasin Asset Management en mai 2000 en tant que gérant actions ISR. En 2009, les activités françaises de Sarasin AM sont reprises par UFG, qui se rapproche de LFP cette même année. Ronald Petitjean est depuis 2010 gérant analyste actions, spécialisé dans le secteur financier et les aspects ISR.

En quoi la philosophie SAI est-elle novatrice ?

Aujourd’hui, 75 % à 80 % des véritables profils de risque et potentiel de valeur des sociétés n’est pas visible et ne peut être capté par l’analyse financière traditionnelle. Or, dans un univers marqué par sa complexité croissante et par la rapidité des changements, les éléments réellement discriminants cachés sont signe d’un alpha potentiel pour les investisseurs les plus avisés. Les nouveaux défis auxquels sont confrontées les entreprises exigent qu’elles développent, pour pérenniser leur croissance, de nouvelles capacités comme la recherche et l’innovation, l’adaptabilité, la réactivité aux contraintes réglementaires, la gestion des parties prenantes, la durabilité environnementale ou encore la préservation et le développement du capital humain. Or, l’analyse standard qui superpose l’extra-financier au financier traditionnel ne reconnaît que partiellement les capacités des entreprises à répondre à ces défis. La philosophie SAI que nous déployons avec notre partenaire IPCM propose donc de substituer à une notation ISR traditionnelle, axée sur la maîtrise des externalités négatives, la recherche des facteurs contribuant à la performance entrepreneuriale globale à long terme.

Comment répond-elle aux besoins des investisseurs sur le long terme ?

L’objectif est bien de démontrer, à terme, à nos investisseurs la possibilité de déployer un double dividende financier et durable, quantifiable pour confirmer les impacts positifs sur le plan environnemental et social des investissements à long terme, et différencié du dividende des investissements plus traditionnels.

Cette nouvelle approche a-t-elle entraîné d’importants changements au sein de LFIP Actions Euro ?

Les ajustements à réaliser se font graduellement depuis le début de l’année. Néanmoins, plus des deux tiers du portefeuille s’est avéré éligible à cette nouvelle approche. Le concept SAI nous a permis de conforter les convictions que nous avions déjà sur des valeurs comme Alcatel-Lucent, Prysmian, Lafarge ou encore ING Group. A l’inverse, nous avons sorti des valeurs comme Software AG et CNH Industrial.

A-t-elle vocation à être appliquée à d’autres classes d’actifs ?


Cette approche SAI est déjà progressivement appliquée à l’ensemble de notre gamme actions, qui représente environ 1 milliard d’euros sous gestion. Convaincue de la pertinence de cette nouvelle approche, La Française souhaite la déployer, toujours en collaboration avec IPCM, à d’autres expertises. L’immobilier est par essence une classe d’actifs répondant parfaitement à cette vision stratégique durable et nous la déployons déjà dans nos OPCI LFP Immo SR et LFP Immo SR2. Cette approche est également très pertinente pour les stratégies de taux, que nous appliquons en laboratoire sur un fonds positionné en crédit corporate.

Rechercher un autre fonds