Stratégie

Immobilier 

Comment aborder cet outil d’épargne-retraite dans le contexte actuel ?

Funds Magazine - Septembre 2018 - Emmanuel Schafroth

Epargne, Retraite, Immobilier

Comment aborder cet outil d’épargne-retraite dans le contexte actuel ?

Ce n’est pas un secret : les Français aiment la pierre et l’achat d’un bien pour l’habiter ou le louer est perçu comme un moyen efficace de préparer sa retraite. Mais, dans un monde où la classe d’actifs apparaît très chère, il est sans doute temps pour les investisseurs de repenser leur exposition immobilière.

Les Français n’aiment plus l’immobilier «à la folie», mais ils l’aiment encore «beaucoup». Au premier semestre 2018, la collecte nette des SCPI a atteint 2,4 milliards d’euros, et celle des OPCI grand public 1,1 milliard : des chiffres en recul respectif de 37 % et 58 % par rapport au premier semestre 2017, mais une baisse à relativiser après une année 2017 qui frisait l’hystérie. Ce moindre appétit s’explique sans doute en partie par l’abandon de l’ISF au profit de l’IFI, impôt sur la fortune circonscrit aux actifs immobiliers. Qu’on y soit assujetti ou non, il désigne l’immobilier comme un actif de choix pour le fisc ! A cela s’ajoutent souvent des prix élevés, dont on peut justement se demander s’ils seront tenables.

Mais l’immobilier conserve des atouts. «Cela reste un bon moyen de préparer sa retraite, car c’est un des rares actifs qu’on peut acheter avec le levier de la dette, qui coûte très peu cher aujourd’hui», rappelle Géraldine Métifeux, associée-gérante du cabinet de gestion de patrimoine Alter Egale. Et alors que l’inflation commence à rebondir, cette tendance illustre une vertu de l’immobilier. «Le rendement de l’immobilier est aujourd’hui bas. Il a toutefois le mérite de protéger contre l’inflation, ce que n’offre pas le livret A»,

résume Philippe Le Trung, porte-parole de la Fédération des sociétés immobilières et foncières.

Cela étant, quand le monde change, les investisseurs doivent revoir leur manière d’investir en immobilier, surtout lorsqu’il s’agit de se projeter à vingt ou trente ans dans l’avenir. Prenons un simple exemple : l’achat de places de...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Jacques-Aurélien Marcireau, directeur adjoint des gestions actions et gérant du fonds Edmond de Rothschild Fund Big Data

«Le big data est un thème d’investissement transversal»