Asset Management

Allocation

Les fonds d’actions britanniques face à une courbe en U et aux turbulences multiples

Funds Magazine - 25 Mars 2020 - Pierre Gélis

Coronavirus, Fonds actions, Brexit

Pénalisées par la baisse de la croissance mondiale et les risques politiques, avec possiblement un Brexit dur, les actions britanniques subissent comme leurs concurrentes du continent la pandémie de covid-19. Lorsque ce cygne noir se sera éloigné, l’environnement sera certes fragilisé mais les fondamentaux reprendront le dessus et Londres offrira aux investisseurs les plus agiles un marché diversifiant et dynamique.

Une incertitude majeure a pris fin lorsque le Royaume-Uni a officiellement quitté l’Union européenne le 31 janvier dernier, mais une nouvelle inconnue lui a succédé immédiatement car il reste maintenant à négocier les conditions des futures relations commerciales entre l’ex-membre de l’Union et les 27. Conforté par le scrutin de décembre dernier, le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a d’emblée fixé la barre très haut en faisant voter une loi interdisant de surseoir à la date du 31 décembre 2020 pour la fin de la période transitoire commencée ce 1er février. Compte tenu du volume de textes à négocier et de leur complexité technique, bien peu de gérants estiment cette date réaliste et font preuve de retenue. Ainsi, pour Mark Richards, portfolio manager chez Jupiter Asset Management, «la négociation des futurs accords commerciaux avec l’Union européenne devrait se poursuivre au-delà de 2020. Elle va dissiper la vague d’optimisme actuelle et peser sur la croissance économique, mais la Banque d’Angleterre aura la possibilité de baisser ses taux directeurs pour favoriser la reprise. Une baisse de 25 à 50 points de base en milieu d’année devrait permettre de compenser les difficultés liées au changement du mode de fonctionnement de l’économie».

Le déficit budgétaire à la rescousse de l’économie

La banque centrale britannique n’a pas baissé ses taux d’intérêt comme attendu fin janvier, préférant conserver cette possibilité en cas de dégradation de l’environnement politique et économique. En outre, certains professionnels...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Marc Emirian, directeur général/institutionnel, et Gaëlla Hellegouarch, directrice générale/commercial, Theoreim

"Notre objectif est toujours de permettre à la clientèle grand public d’accéder à des stratégies institutionnelles"

Frédéric Surry, responsable actions chez BNP Paribas Asset Management

«Les petites et moyennes valeurs américaines ont les atouts pour rebondir»