Actualités

Organisation

DLPK crée un observatoire du conseil financier indépendant

29 janvier 2019 - fundsmagazine.fr

Après une année riche en événements, au cours de laquelle DLPK a réuni en son sein les entités Nortia, Nortia Invest et Haas Gestion avant de procéder à deux acquisitions majeures – Sélection 1818 et Aprep Diffusion –, le groupe dirigé par Vincent Dubois aborde 2019 avec confiance. Une nouvelle organisation a été mise en place : DLPK rassemble les fonctions supports (finance, ressources humaines, marketing, etc.) et chapeaute les activités de comptes titres, de courtage (assurance vie) et de protection patrimoniale (prévoyance), la distribution auprès des CGPI étant assurée sous la marque Nortia. Le groupe compte désormais 200 collaborateurs répartis sur les sites de Paris et de Lille.
En un an, les encours sont passés de 3 à 12,5 milliards d’euros. Avec plus de 1 000 clients actifs, Nortia revendique une position de leader sur le marché des CGPI. La proximité avec ces derniers a d’ailleurs poussé les dirigeants à mettre en place un observatoire du conseil financier indépendant. «Nous percevons très rapidement ce que les conseillers préconisent à leurs clients et quelles sont les tendances qui se dégagent. L’objectif de cet observatoire est de dégager des indicateurs avancés», explique Vincent Dubois. Les résultats de l’observatoire seront publiés quatre fois par an. Pour cette première édition, il ressort que la collecte en assurance vie s’est maintenue à un bon niveau en 2018. La part consacrée aux fonds en euro reste chez Nortia plus élevée que la moyenne du marché de l’assurance vie. Par ailleurs, Nortia a constaté que les CGPI avaient accru fortement leurs allocations en fonds en euro avant la chute des Bourses en octobre. Ces arbitrages prudents ont été faits au détriment des gestions sous mandat et des fonds flexibles. «Les CGPI utilisent les fonds en euro comme position d’attente en période de risk off.» Conséquence de la mise en place de l’IFI et de la baisse des rendements des SCPI, l’immobilier (8 %) est resté, en 2018, en deçà (8 %) de sa part «historique» dans les allocations (entre 10 % et 15 %).