Le blog de Christophe Morel

La dette publique n’est pas le problème mais la solution

Option Finance - 3 septembre 2021

Avec la crise sanitaire, l’endettement public a augmenté dans les pays développés de 10 à 30 points de PIB, sans que cela provoque de crise financière.

Ce phénomène a nourri une réflexion collective conduisant à un changement de « logiciel » sur la dette. D’une part, nous devons prendre conscience que l’Etat n’est pas un agent économique comme les autres, parce que sa durée de vie est infinie, et parce qu’il émet la monnaie qu’il dépense. D’autre part, la priorité n’est pas d’équilibrer le budget de l’Etat mais d’équilibrer l’économie. En effet, les déficits dans les infrastructures, la santé, l’éducation ou encore la transition environnementale doivent davantage inquiéter que les déficits budgétaires de l’Etat.

Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de limite. En fait, le déficit budgétaire devient excessif s’il génère de l’inflation, c’est-à-dire si la relance provoque un excès de demande par rapport aux capacités productives de l’économie, ou s’il génère de l’instabilité financière. Un endettement public qui augmente le potentiel de l’économie constitue un bon investissement.

Toutes les économies font face à des besoins considérables dont le retour sur investissement n’est pas toujours immédiat. Les besoins de financement des transitions environnementale, digitale et démographique (social, éducation…) sont tellement importants qu’ils supposeront des impulsions publiques supplémentaires pour encourager les initiatives privées. Qu’on l’admette : le déficit budgétaire n’est pas le problème, mais la solution !