Actualités

Croissance

Des réformes positives mais insuffisantes

26 octobre 2018 - optionfinance.fr

L’institut privé d’études économiques Rexecode vient de publier une étude sur les effets des réformes menées depuis le début du quinquennat sur la croissance française. Selon leurs estimations, les mesures les plus favorables à moyen terme sont la simplification de la fiscalité du capital (notamment l’instauration de la flat tax de 30 % sur les produits du capital et la suppression de l’ISF) et les «ordonnances Travail» de septembre 2017, qui visent à apporter plus de flexibilité dans l’organisation du travail. Par ailleurs, le basculement des cotisations salariales vers la CSG, les dispositions contenues dans la loi Pacte (suppression du forfait social sur la participation et l’intéressement pour les PME…) et la baisse progressive du taux de l’impôt sur les sociétés (de 33,33 % à 25 % d’ici 2022) permettront également d’augmenter le potentiel de production de l’économie française. Au total, ces mesures pourraient faire gagner entre 0,9 à 1,3 point de PIB à moyen terme à la France.

En revanche, l’étude montre que la transformation du CICE en allégement pérenne de charges, prévue dans le budget 2019, ainsi que la hausse de la fiscalité environnementale pèseront sur la compétitivité et la croissance potentielle. Enfin, l’institut préconise des actions additionnelles telles qu’une baisse des impôts de production (CVAE…) ou encore le recul progressif de dix-huit mois de l’âge effectif de départ à la retraite. Un gain pour le PIB qui serait estimé à 1,2 point à moyen terme.