Actualités

Volatilté

Les émetteurs européens davantage pénalisés que les américains

17 décembre 2018 - optionfinance.fr

Pour la Banque des règlements internationaux (BRI), qui a publié hier sa revue trimestrielle sur l’activité des marchés financiers, il s’agit d’«à-coups sur le chemin de la normalisation». Alors que les principales banques centrales mondiales ont commencé ou commencent à mettre fin à leurs politiques monétaires ultra-accommodantes, les investisseurs tendent à réagir plus violemment face aux diverses tensions, politiques (Brexit, Italie…) comme économiques (guerre commerciale…). Dans ce contexte, la volatilité a sensiblement augmenté au cours du trimestre, pénalisant les sociétés présentes en Bourse mais aussi les émetteurs obligataires. S’agissant de ces derniers, cette situation a, d’après la BRI, davantage affecté les groupes européens que leurs concurrents américains. Depuis début octobre, le spread moyen des entreprises appartenant à la catégorie investment grade a en effet bondi d’environ 40 points de base (pb) en Europe, contre 35 pb outre-Atlantique. Pour les groupes high yield, la hausse atteint en moyenne 140 pb sur le Vieux Continent et 110 pb aux Etats-Unis.