Actualités

Initiative

Institutionnels et gérants standardisent leurs échanges d’information

05 octobre 2018 - optionfinance.fr

Mieux se connaître pour mieux travailler ensemble : c’est en substance l’objectif poursuivi par l’Association française de gestion financière (AFG) et l’Association française des investisseurs institutionnels (AF2i) qui ont publié mercredi dernier trois standards de questionnaires que pourront utiliser les asset managers pour se présenter aux investisseurs. L’un est dédié aux caractéristiques de la société de gestion elle-même (agréments, composition des encours, typologie de la clientèle, organisation interne…) un autre aux fonds qu’elle commercialise et un dernier axé sur les réponses aux appels d’offres. Ces nouvelles grilles sont une refonte en profondeur de questionnaires élaborés en 2011. «Ces nouveaux questionnaires intègrent beaucoup d’éléments nouveaux comme la prise en compte des critères ESG, l’affichage des frais, le financement de la recherche et la politique d’engagement de la société de gestion, ou encore les mécanismes de gestion de la liquidité du fonds (gates, swing pricing). L’objectif de cette refonte était en particulier de prendre en compte les derniers textes réglementaires, comme MIF 2 ou Priips par exemple», précise Jean Eyraud, président d’honneur de l’AF2i. Répondre sur tous ces points nécessite un travail conséquent des équipes de la société de gestion, à reproduire régulièrement puisqu’une mise à jour semestrielle, voire trimestrielle, est préconisée. «Remplir ces questionnaires peut apparaître comme une contrainte aux yeux des sociétés de gestion, reconnaît Jean Eyraud. Mais cette démarche doit avant tout permettre à leurs équipes, notamment commerciales, d’approfondir leur connaissance de l’offre et de faciliter leur développement, tout en réduisant le coût lié à la multiplicité des questionnaires non standardisés. Au total, il faut transformer ce travail en avantage concurrentiel.» Pour les institutionnels, cette standardisation simplifie l’analyse des informations reçues, permet de les suivre dans le temps et, au final, contribue à faciliter l’accès aux expertises des sociétés de gestion participant à la démarche, même celles de petite taille. Cette ouverture des institutionnels à la diversité de l’offre de gestion de la Place était le principal objectif de la charte SGP-investisseurs publiée en 2011 et qui demeure d’actualité. Cette charte va au-delà de la mise à disposition des questionnaires standardisés puisqu’elle prévoit aussi des engagements de la part des institutionnels. Parmi eux, celui d’informer au préalable la société de gestion d’une souscription ou d’un rachat de parts de fonds. «Il est important que l’asset manager ait une bonne connaissance du passif de ses fonds et de leur évolution pour gérer au mieux la liquidité et réagir en cas de crise. Mais tous les investisseurs ne font pas encore cet effort de prévenir leur gérant en amont d’une opération, regrette Jean Eyraud. Cela devient une obligation réglementaire, notamment pour les fonds monétaires. C'est un sujet complexe qui nécessite des développements technologiques chez les intermédiaires et les dépositaires centraux.» Les nouveaux questionnaires ne sont qu’une étape vers une plus grande fluidité des échanges d’information.