L'analyse de Julien-Pierre Nouen

L'analyse de Julien-Pierre Nouen

L’immobilier va-t-il compliquer la donne pour la Fed ?

Option Finance - 9 juillet 2021

L’accélération des prix des maisons aux Etats-Unis est vertigineuse. Alors qu’ils progressaient à un rythme proche de 3 % en 2018 et 2019, ils ont bondi de presque 15 % depuis avril 2020. Il faut remonter à la bulle immobilière des années 2000 pour retrouver des progressions de la sorte.

Plusieurs facteurs se conjuguent pour générer cette envolée. Sur un plan fondamental, les Etats-Unis n’ont pas retrouvé, depuis quinze ans, le niveau de 1,5 million de nouveaux logements construits par an qui correspond peu ou prou aux besoins du pays, créant ainsi un déficit de logements. S’ajoutent à cela les effets du confinement, qui ont amené les ménages américains à privilégier les maisons. Du côté de la demande, l’épargne forcée et les chèques reçus par les ménages ont pu constituer ou grossir un apport initial pour des acheteurs qui bénéficient en plus de taux encore très bas.

Comment les prix vont-ils évoluer ? Si les enquêtes montrent des ménages davantage réticents à l’achat immobilier, cela n’a pas empêché les compromis de rebondir en mai. Le maintien d’une dynamique économique favorable pourrait encore soutenir les prix, mais à quel rythme ?

Cette accélération des prix des maisons va probablement contribuer à davantage d’inflation par le biais de la composante logement, même si le lien n’est pas immédiat. En soi, elle pose aussi des questions en termes de stabilité financière, d’inégalités et de confiance. Une bulle immobilière n’est jamais anodine. Quelle sera l’attitude de la Fed si la poussée d’inflation des prix à la consommation s’avère effectivement temporaire et celle des prix immobiliers plus durable ?