Communauté financière

Privatisation

ADP : les départements, des candidats inédits

Option Finance - 27 mai 2019 - Alexandra Milleret

Conseil constitutionnel

ADP : les départements, des candidats inédits

Alors que la loi Pacte contenant la privatisation d’Aéroport de Paris vient d’être validée par le Conseil constitutionnel, sept départements d’Ile-de-France ont d’ores et déjà publiquement manifesté leur intention de candidater au rachat des parts de l’Etat. Pour cela, ils ont choisi de s’allier au fonds de capital investissement Ardian. Une alliance stratégique qui suscite des interrogations.

Après des mois de débats houleux, l’Etat a enfin été autorisé, grâce à l’adoption de la loi Pacte le 11 avril dernier, à céder au privé les 50,63 % de parts qu’il détient dans le groupe Aéroports de Paris (ADP), sur la base d’une concession d’exploitation de 70 ans. L’opération devrait lui rapporter 9,5 milliards d’euros.

Christophe Leguevacques, avocat associé au cabinet Mètis avocats
Mètis avocats

Mais ce projet de cession est loin de faire l’unanimité. Bon nombre de membres de l’opposition, de riverains de ces aéroports (voir encadré) mais aussi certaines collectivités territoriales s’inquiètent que l’Etat ne puisse conserver un droit de regard sur les décisions des futurs actionnaires du groupe. «Les craintes sont légitimes, défend Christophe Leguevacques, avocat associé au cabinet Mètis avocats. Le groupe ADP dépasse largement le cadre du département et a un impact national sur le territoire français.»

En effet, le groupe possède les plus gros aéroports français : Roissy-Charles de Gaulle (72,2 millions de passagers), Orly (33,1 millions de passagers), Le Bourget ainsi qu’une dizaine d’aérodromes. Ces aéroports sont aussi des centres commerciaux d’envergure avec 386 boutiques et services, qui ont rapporté, à eux seuls, un milliard d’euros en 2018 (sur 4,47 milliards d’euros de chiffres d’affaires la même année). De plus, ADP est le premier propriétaire foncier d’Ile-de-France avec 6 686 hectares et il détient plus d’un million de mètres carrés de bâtiments (hangars, hôtels, bureaux…).

Un positionnement inédit d’acteur privé

Aussi, dès le mois de mars 2018, lorsque l’idée d’une...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Interview - Sarah N’Sondé, responsable de l’analyse sectorielle, Coface

«La décélération de l’activité concerne tant les Etats-Unis que l’Asie et l’Europe»

Interview – Gaétan Rougevin-Baville, chief operating officer, Meero

«Une entreprise de la French Tech peut aujourd’hui rayonner internationalement depuis Paris.»