Communauté financière

Philippe Zaouati, président de la Paris Green and Sustainable Finance Initiative et directeur général de Mirova

«La finance verte est devenue un enjeu de compétition économique»

Option Finance - 12 juin 2017 - Propos recueillis par Valérie Nau

ISR

En France, la finance verte bénéficie d’un écosystème très dynamique mais pas assez organisé et peu connu à l’étranger. Fort de ce constat, les membres de la Paris Green and Sustainable Finance Initiative, créée il y a un an dans le cadre de Paris Europlace, ont défini un plan d’action autour de trois axes, visant à capitaliser sur les atouts français et à les faire valoir à l’international.

Philippe Zaouati, président de la Paris Green and Sustainable Finance Initiative et directeur général, Mirova
Mirova

Paris veut figurer parmi les places financières leaders en matière de finance verte. En quoi le secteur financier français est-il bien placé sur les problématiques environnementales ?

Historiquement, la place de Paris a toujours été en pointe sur l’investissement responsable. Les premiers fonds spécialisés en investissement socialement responsable (ISR) datent de vingt-cinq ans ! A l’origine, toutefois, la finance responsable affichait un prisme plus social qu’environnemental. Le développement de la finance verte est beaucoup plus récent.

Il s’est accéléré en 2014 à New York lorsque Ban Ki-moon, alors secrétaire général de l’Onu, a réuni les acteurs du monde économique à l’occasion de la Cop 21, la conférence sur le climat prévue à Paris en décembre 2015. Le monde économique, et en particulier le monde financier, a alors pris conscience qu’il avait un rôle à jouer dans ce domaine. Les premiers grands engagements des financiers sont apparus à partir de là, avec le lancement de la déclaration de Montréal dans le cadre des Principes pour l’investissement responsable (PRI), l’apparition du mouvement de désinvestissement des énergies fossiles, les premiers indices low carbone… En France, les premières initiatives importantes, tant publiques que privées, ont été lancées lors du Climate Finance Day, une conférence internationale organisée en mai 2015, lors de laquelle le ministre des Finances a annoncé que les investisseurs institutionnels devraient désormais dévoiler leur stratégie pour prendre en compte le changement climatique dans leurs placements (le futur article 173 de la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte).

Quel est l’enjeu pour la finance privée ?

Les investissements...

La suite de cet article est réservée aux abonnés

Vous avez déjà un compte

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié

En cas de problème avec votre compte abonné, merci de contacter abonnement(at)optionfinance.fr

Pas encore abonné ?

Découvrez toutes nos offres d'abonnement et accédez à nos articles et dossiers en ligne.

S'abonner

À lire aussi

Interview - Charles-René Tandé, président de l’Ordre des experts-comptables

«Nos missions vont bien au delà du seul établissement des comptes»

Anjuli Pandit, responsable Sustainable Primary Capital Market chez BNP Paribas

«Les obligations indexées à des objectifs durables sont promises à un bel avenir»

Interview - Mary-Françoise Renard, responsable de l’Institut de recherche sur l’économie de la Chine (IDREC)

«Dans les dix ans qui viennent, le taux de croissance de la Chine pourrait tomber jusqu’à 5 %»